Comment fonctionne Uber avec le statut d’auto entrepreneur ?

Uber

Le géant américain Uber opère depuis des années en France, sans réellement être en France. Les chauffeurs VTC opèrent en statut d’auto entrepreneur, trouvant une opportunité d’exercer une activité rémunératrice. Très rapidement, la plateforme s’est imposée comme une solution facile et pratique de se déplacer, notamment dans les grandes agglomérations telles que Paris.

Comment devenir auto entrepreneur avec Uber ?

Il est très simple de procéder à une inscription d’auto entrepreneur et de rejoindre une plateforme telle qu’Uber. Il vous suffit de vous rendre sur le portail officiel URSSAF des autoentrepreneurs et d’y remplir un formulaire en ligne. Vous pouvez également remettre votre dossier entre les mains d’une société consacrée à ce genre de démarches, comme espace-autoentrepreneur.com.

 

Vous serez alors affilié à votre centre de formalité des entreprises, ou CFE, et pourrez commencer à commercialiser vos services en tant que chauffeur VTC. L’avantage du statut d’auto entrepreneur est de ne pas avoir à payer de TVA. Vos charges sont calculées à la hauteur de votre chiffre d’affaires, vous êtes parfaitement autonome dans votre activité, et vous disposez d’une comptabilité ainsi que d’une gestion allégées.

 

Quels sont les avantages du régime ?

Outre être exonéré de TVA jusqu’à un certain seuil, c’est en effet toute votre comptabilité qui est allégée. Il vous suffit de tenir à jour un cahier de recettes, et de conserver l’ensemble de vos factures émises avec la plateforme. Ces factures doivent être conservées pendant 10 ans après leur émission afin de servir de preuve juridique en cas de litige ou de contrôle fiscal.

 

Globalement, l’auto-entreprise offre une réelle flexibilité s’adaptant parfaitement à la notion de mobilité inhérente à l’activité de chauffeur VTC.

 

En quoi consiste l’activité VTC en auto-entreprise ?

Les autres formalités auxquelles vous vous exposez sont celles directement liées à votre activité VTC avec la plateforme Uber. Le géant américain dispose de ses propres règles, mais il n’est pas compliqué de le rejoindre et de proposer vos services au volant de votre véhicule.

 

Pour ce qui est de votre profession en elle-même, vos charges sociales s’élèvent à 22% de votre chiffre d’affaires. Vous pouvez les régler tous les mois ou par trimestre. En faisant une demande afin d’obtenir l’ACRE, vous pouvez réduire cette taxation.

 

Globalement, si votre chiffre d’affaires est nul, vous n’avez pas de charges à dépenser. Vous travaillez donc à hauteur de vos besoins et de vos envies.

 

Toutefois le statut d’auto entrepreneur s’accompagne d’un certain nombre d’inconvénients. Si vous dépassez le plafond de chiffre d’affaires, vous vous exposez de nouveau à la TVA. Ce plafond est de 70 000 euros pour les activités commerciales.

 

De plus, comme vous êtes imposé sur votre chiffre d’affaires et non sur vos bénéfices, vos autres charges ne sont pas prises en compte, contrairement aux autres formes d’entreprise comme celles évoquées sur Mr-entreprise.fr. Or, les charges d’un micro-entrepreneur peuvent s’avérer très élevées, avec le carburant, les assurances, les frais de téléphone, la location ou encore l’achat d’un véhicule.

 

Quelles sont les assurances à souscrire ?

En tant que chauffeur VTC, vous vous exposez à un certain nombre d’incidents. Vous devez d’abord disposer d’une assurance responsabilité civile pour vous et votre véhicule. Par ailleurs, une assurance professionnelle est indispensable pour votre voiture, de même qu’une responsabilité civile professionnelle en plus de la garantie initiale et personnelle obligatoire. Elle vous sera demandée lorsque vous vous inscrirez au registre des exploitants VTC.

 

En d’autres termes, vous devez couvrir les risques inhérents à votre activité dès lors que vous décidez de rejoindre Uber. Il en va de votre sécurité et de celle de vos passagers.

COMMENTEZ L'ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here