Accueil Investissement ETF en bourse : tout ce qu’il faut savoir

ETF en bourse : tout ce qu’il faut savoir

0
ETF en bourse : tout ce qu’il faut savoir

Tu as sans doute entendu parler des ETF, ces fonds d’investissement qui révolutionnent le monde de la finance. Mais sais-tu vraiment ce que sont les ETF, comment ils fonctionnent et quels sont leurs avantages pour les investisseurs? Dans cet article, nous allons te donner toutes les clés pour comprendre les ETF en bourse et t’aider à les intégrer dans ta stratégie d’investissement.

Qu’est-ce qu’un ETF?

Un ETF, ou Exchange-Traded Fund, est un fonds d’investissement qui se négocie en bourse comme une action. Un ETF a pour objectif de répliquer le plus fidèlement possible les variations d’un indice boursier, comme par exemple le CAC 40, le MSCI World ou le S&P 500. Un ETF est composé des titres qui constituent l’indice de référence, pondérés selon le même critère (capitalisation boursière, dividende, etc.). Un ETF est donc un produit financier qui permet d’investir sur un marché ou un secteur d’activité en une seule transaction, sans avoir à acheter individuellement chaque titre.

Principes de base des ETF : réplication d’indices et diversification

La réplication d’indices est le principe qui permet aux ETF de suivre les fluctuations de leur indice de référence, un concept clé dans le monde des produits financiers en bourse. Il existe deux méthodes principales de réplication : la réplication physique et la réplication synthétique. La réplication physique consiste à détenir les titres de l’indice dans les mêmes proportions, tandis que la réplication synthétique utilise des instruments dérivés, comme des swaps, pour reproduire la performance de l’indice sans détenir les titres. Chaque méthode présente des avantages et des inconvénients, notamment en termes de coût, de risque et de performance. Cette compréhension est essentielle pour les investisseurs qui s’intéressent aux différents produits financiers en bourse, leur permettant de choisir la stratégie de réplication la mieux adaptée à leurs objectifs d’investissement et à leur tolérance au risque.

La diversification est l’un des principaux atouts des ETF. En effet, en achetant un ETF, tu bénéficies de l’exposition à un large éventail de titres, ce qui réduit le risque spécifique lié à une entreprise ou à un secteur. Par exemple, si tu achètes un ETF qui suit l’indice MSCI World, tu investis dans plus de 1600 entreprises de 23 pays développés. Tu peux ainsi diversifier ton portefeuille selon plusieurs critères : géographique, sectoriel, thématique, etc.

Fonctionnement quotidien d’un ETF : achat, vente et cotation

Un ETF se négocie en bourse comme une action. Tu peux donc acheter ou vendre des parts d’ETF à tout moment de la journée, au prix du marché. Le prix d’un ETF est déterminé par l’offre et la demande, mais il reflète aussi la valeur des actifs sous-jacents. Il existe un mécanisme qui permet de maintenir l’écart entre le prix d’un ETF et la valeur de son indice de référence : la création et le rachat de parts. Les acteurs qui assurent ce mécanisme sont appelés les teneurs de marché ou les AP (Authorized Participants). Ils ont la possibilité de créer ou de racheter des parts d’ETF en échange des titres de l’indice ou de leur contre-valeur en espèces. Ainsi, si le prix d’un ETF est supérieur à la valeur de son indice, les AP vont créer des parts d’ETF et les vendre sur le marché, ce qui va faire baisser le prix. Si le prix d’un ETF est inférieur à la valeur de son indice, les AP vont racheter des parts d’ETF sur le marché et les échanger contre les titres de l’indice, ce qui va faire monter le prix. Ce mécanisme assure la liquidité et l’efficience des ETF sur le marché.

Types d’ETF et stratégies d’investissement

Comme nous l’avons vu, les ETF sont des fonds d’investissement qui répliquent la performance d’un indice boursier. Mais il existe une grande variété d’ETF, qui se distinguent par leur univers d’investissement, leur méthode de réplication et leur objectif de gestion. Dans cette section, nous allons voir comment classer les ETF selon différents critères et quelles sont les stratégies d’investissement possibles avec les ETF.

Classification des ETF : géographique, sectorielle et thématique

Les ETF peuvent être classés selon le critère géographique, qui correspond à la zone géographique couverte par l’indice de référence. Il existe des ETF qui investissent dans un seul pays, comme par exemple les ETF sur le CAC 40 (France) ou le DAX (Allemagne). Il existe aussi des ETF qui investissent dans une région, comme par exemple les ETF sur l’Europe, l’Asie ou l’Amérique du Nord. Enfin, il existe des ETF qui investissent dans le monde entier, comme par exemple les ETF sur le MSCI World, qui regroupe plus de 1600 entreprises de 23 pays développés .

Les ETF peuvent aussi être classés selon le critère sectoriel, qui correspond au secteur d’activité des entreprises qui composent l’indice de référence. Il existe des ETF qui investissent dans un seul secteur, comme par exemple les ETF sur la santé, la technologie ou l’énergie. Il existe aussi des ETF qui investissent dans plusieurs secteurs, comme par exemple les ETF sur les valeurs de croissance, les valeurs de rendement ou les valeurs défensives. Les ETF sectoriels permettent aux investisseurs de profiter des opportunités offertes par les tendances de long terme ou les cycles économiques .

Les ETF peuvent également être classés selon le critère thématique, qui correspond à un thème de placement spécifique, lié à une problématique sociale, environnementale ou économique. Il existe des ETF qui investissent dans des thèmes comme le développement durable, l’intelligence artificielle, le vieillissement de la population ou la sécurité alimentaire. Les ETF thématiques permettent aux investisseurs de soutenir des causes qui leur tiennent à cœur, tout en espérant bénéficier d’une performance supérieure à celle du marché .

Les stratégies passives et la gestion indicielle

La plupart des ETF sont des fonds indiciels, c’est-à-dire qu’ils cherchent à répliquer le plus fidèlement possible la performance d’un indice boursier, sans chercher à le battre. Cette approche s’appelle la gestion passive ou la gestion indicielle. Elle repose sur l’hypothèse que les marchés sont efficients, c’est-à-dire que les prix des actifs reflètent toutes les informations disponibles et qu’il est donc impossible de prévoir leur évolution future. La gestion passive vise donc à suivre le marché, en minimisant les coûts et les risques liés à la gestion active.

La gestion passive présente plusieurs avantages pour les investisseurs. Tout d’abord, elle permet de réduire les frais de gestion, qui sont généralement plus faibles pour les ETF que pour les fonds actifs. En effet, les ETF n’ont pas besoin de payer des gérants, des analystes ou des commissions de courtage, ce qui réduit le coût total du fonds. Les frais de gestion ont un impact important sur la performance à long terme, car ils réduisent le rendement net du fonds. Par exemple, un fonds qui affiche un rendement brut de 10 % par an, mais qui prélève 2 % de frais de gestion, ne rapporte en réalité que 8 % par an. Sur 20 ans, la différence entre les deux rendements est de plus de 40 % .

Ensuite, la gestion passive permet de diversifier son portefeuille, en investissant dans un large éventail de titres, ce qui réduit le risque spécifique lié à une entreprise ou à un secteur. En effet, les ETF répliquent des indices qui sont généralement composés de centaines ou de milliers de titres, ce qui permet de lisser les variations de performance entre les différents actifs. La diversification permet aussi de réduire le risque de marché, en investissant dans des classes d’actifs qui ont des comportements différents selon les conditions économiques. Par exemple, les actions et les obligations ont tendance à avoir une corrélation négative, c’est-à-dire qu’elles évoluent en sens inverse. Ainsi, un portefeuille qui contient à la fois des ETF actions et des ETF obligations sera moins volatile qu’un portefeuille qui contient uniquement des ETF actions .

Enfin, la gestion passive permet de bénéficier de la performance du marché, qui est historiquement positive sur le long terme. En effet, les marchés boursiers ont tendance à refléter la croissance économique et la création de valeur des entreprises, ce qui se traduit par une hausse des cours des actions sur la durée. Par exemple, le S&P 500, qui regroupe les 500 plus grandes entreprises américaines, a affiché un rendement annualisé de 10,3 % entre 1926 et 2020 Ainsi, en investissant dans des ETF qui suivent le marché, les investisseurs peuvent espérer obtenir un rendement supérieur à celui des fonds actifs, qui ont du mal à battre le marché sur le long terme. Selon une étude de S&P Dow Jones Indices, 88 % des fonds actifs européens ont sous-performé leur indice de référence sur 10 ans.

ETF actifs vs ETF passifs : comprendre la différence

Tous les ETF ne sont pas des fonds indiciels. Il existe aussi des ETF qui adoptent une approche active, c’est-à-dire qu’ils cherchent à battre le marché, en sélectionnant les titres qui offrent le meilleur potentiel de performance, selon des critères qualitatifs ou quantitatifs. Ces ETF sont gérés par des équipes de gérants et d’analystes, qui utilisent leur expertise et leur expérience pour construire le portefeuille du fonds. Ces ETF sont souvent plus coûteux que les ETF passifs, car ils impliquent plus de frais de gestion et de transactions.

Les ETF actifs présentent certains avantages par rapport aux ETF passifs. Tout d’abord, ils peuvent offrir une performance supérieure au marché, si le gérant du fonds a une bonne capacité d’analyse et de prévision. En effet, les ETF actifs peuvent profiter des opportunités offertes par les inefficiences du marché, c’est-à-dire les situations où le prix d’un actif ne reflète pas sa valeur réelle. Les ETF actifs peuvent aussi adapter leur portefeuille aux conditions de marché, en modifiant leur allocation ou leur exposition au risque, ce qui peut leur permettre de limiter les pertes en cas de baisse du marché.

Ensuite, les ETF actifs peuvent offrir une diversification supplémentaire, en investissant dans des titres qui ne sont pas présents dans les indices de référence. En effet, les ETF passifs sont limités par la composition de leur indice, qui peut être biaisée vers certains secteurs ou certaines entreprises. Par exemple, l’indice MSCI World est fortement concentré sur les États-Unis, qui représentent plus de 60 % de sa capitalisation boursière, et sur le secteur technologique, qui représente plus de 20 % de son poids Les ETF actifs peuvent donc investir dans des titres qui offrent une meilleure diversification géographique, sectorielle ou thématique.

Cependant, les ETF actifs présentent aussi des inconvénients par rapport aux ETF passifs. Tout d’abord, ils sont plus risqués, car ils dépendent de la compétence et de la performance du gérant du fonds, qui peut se tromper dans ses choix d’investissement. En effet, les ETF actifs sont exposés au risque de sélection, qui correspond à la différence de performance entre le portefeuille du fonds et son indice de référence. Ce risque peut être positif, si le fonds bat son indice, mais il peut aussi être négatif, si le fonds sous-performe son indice. Or, il est difficile de trouver des gérants qui sont capables de battre le marché de façon régulière

Ensuite, ils sont plus coûteux, car ils impliquent des frais de gestion et des frais de transaction plus élevés que les ETF passifs. En effet, les ETF actifs doivent rémunérer les gérants, les analystes et les intermédiaires qui interviennent dans la sélection et la négociation des titres. De plus, les ETF actifs ont tendance à avoir un taux de rotation plus élevé que les ETF passifs, c’est-à-dire qu’ils achètent et vendent plus fréquemment les titres qui composent leur portefeuille. Or, chaque transaction entraîne des coûts de courtage, des taxes et des écarts de prix, qui réduisent le rendement net du fonds. Ces coûts sont d’autant plus importants que les ETF actifs investissent dans des marchés peu liquides ou peu transparents, comme les marchés émergents ou les marchés de niche.

Enfin, ils sont moins transparents, car ils ne divulguent pas toujours la composition exacte de leur portefeuille, contrairement aux ETF passifs, qui publient quotidiennement la liste et le poids de chaque titre. Cette opacité peut poser des problèmes aux investisseurs, qui ne savent pas toujours dans quoi ils investissent, ni comment le gérant du fonds adapte son portefeuille aux conditions de marché. Cette opacité peut aussi entraîner des écarts de performance entre le prix d’un ETF et la valeur de son portefeuille, si les teneurs de marché ne disposent pas d’informations suffisantes pour assurer la liquidité et l’efficience du fonds.

Les avantages des ETF pour les investisseurs

Les ETF, tout comme les CFD en bourse, sont des produits financiers qui offrent de nombreux avantages pour les investisseurs, qu’ils soient débutants ou expérimentés. Dans cette section, nous allons voir quels sont les principaux atouts des ETF, qui les rendent plus attractifs que les fonds traditionnels ou les actions individuelles. Nous aborderons également les CFD (Contracts for Difference), un autre instrument financier populaire, en expliquant leurs spécificités et en comparant leur utilité et leurs risques par rapport aux ETF, afin de donner une vision complète des options disponibles pour les investisseurs en bourse.

La facilité d’accès et la liquidité des ETF

L’un des principaux avantages des ETF est leur facilité d’accès et leur liquidité. En effet, les ETF sont cotés en bourse, ce qui signifie qu’ils peuvent être achetés ou vendus à tout moment pendant les heures d’ouverture du marché, comme n’importe quelle action. Il suffit de disposer d’un compte-titres ou d’un plan d’épargne en actions (PEA) chez un courtier en ligne, et de passer un ordre de bourse avec le code ISIN ou le symbole de l’ETF. Les ETF sont généralement très liquides, c’est-à-dire qu’il y a un volume important d’échanges sur le marché, ce qui permet de trouver facilement un acheteur ou un vendeur, et d’exécuter son ordre au prix le plus proche de la valeur de l’ETF. La liquidité des ETF est assurée par des acteurs spécialisés, appelés les teneurs de marché, qui s’engagent à fournir des offres d’achat et de vente en permanence, et à créer ou à racheter des parts d’ETF en fonction de la demande. La facilité d’accès et la liquidité des ETF permettent aux investisseurs de profiter des opportunités du marché, et de gérer leur portefeuille avec souplesse et réactivité .

Structure des frais : une option économique

Un autre avantage des ETF est leur structure de frais, qui les rend plus économiques que les fonds traditionnels ou les actions individuelles. En effet, les ETF ont des frais de gestion très faibles, qui correspondent au ratio de frais sur encours (TER). Le TER représente le coût annuel de détention de l’ETF, qui est prélevé directement sur la valeur du fonds. Le TER moyen des ETF est de 0,3 % par an, contre 1,5 % par an pour les fonds traditionnels. Cela signifie qu’un investisseur qui place 10 000 euros dans un ETF paiera 30 euros de frais par an, contre 150 euros pour un fonds traditionnel. Sur le long terme, cette différence de frais a un impact significatif sur la performance du portefeuille, car les frais réduisent le rendement net de l’investissement. Par exemple, sur 20 ans, avec un rendement annuel de 7 %, un investissement de 10 000 euros dans un ETF rapportera 36 785 euros, contre 29 457 euros dans un fonds traditionnel. Les ETF permettent donc de bénéficier de la performance du marché, sans payer le prix fort pour la gestion du fonds .

En plus des frais de gestion, les ETF ont aussi des frais de transaction, qui correspondent aux coûts liés à l’achat ou à la vente de l’ETF sur le marché. Ces frais comprennent les frais de courtage, qui sont facturés par le courtier en ligne, les taxes, qui sont prélevées par l’État, et le spread, qui est l’écart entre le prix d’achat et le prix de vente de l’ETF. Ces frais de transaction varient selon le courtier, le type d’ETF et le volume d’échanges. Ils sont généralement plus faibles pour les ETF que pour les actions individuelles, car les ETF bénéficient d’une meilleure liquidité et d’une fiscalité plus avantageuse. Par exemple, les frais de courtage sont souvent offerts ou réduits pour les ETF, tandis que les taxes sont souvent exonérées ou allégées pour les ETF éligibles au PEA. Les frais de transaction des ETF sont donc minimes, et peuvent être encore réduits en choisissant un courtier en ligne compétitif et en adoptant une stratégie d’investissement à long terme

Diversification du portefeuille grâce aux ETF

Un troisième avantage des ETF est leur capacité à diversifier le portefeuille, ce qui permet de réduire le risque et d’optimiser le rendement. En effet, les ETF offrent la possibilité d’investir dans un large éventail de titres, qui couvrent différents marchés, secteurs, régions, thèmes ou classes d’actifs. Par exemple, un ETF sur le MSCI World permet d’investir dans plus de 1600 entreprises de 23 pays développés, tandis qu’un ETF sur le secteur de la santé permet d’investir dans les entreprises les plus innovantes du domaine médical. Les ETF permettent donc de profiter de la performance de différents segments du marché, sans avoir à sélectionner et à suivre individuellement chaque titre. La diversification du portefeuille grâce aux ETF permet de réduire le risque spécifique, qui est le risque lié à une entreprise ou à un secteur particulier, et qui peut entraîner des pertes importantes en cas de mauvaise performance ou de faillite. La diversification permet aussi de réduire le risque systématique, qui est le risque lié au marché dans son ensemble, et qui peut être atténué en investissant dans des actifs qui ont des comportements différents selon les conditions économiques. Par exemple, les actions et les obligations ont tendance à avoir une corrélation négative, c’est-à-dire qu’elles évoluent en sens inverse. Ainsi, un portefeuille qui contient à la fois des ETF actions et des ETF obligations sera moins volatile qu’un portefeuille qui contient uniquement des ETF actions

Comment choisir et acheter des ETF?

Les ETF, tout comme les actions en bourse, sont des produits financiers qui offrent de nombreux avantages pour les investisseurs, mais qui nécessitent aussi un minimum de connaissances et de précautions. Dans cette section, nous allons voir comment choisir et acheter des ETF, en tenant compte de plusieurs critères et en comparant les différentes options disponibles. Nous examinerons également les spécificités des actions en bourse, en expliquant comment elles se différencient des ETF, leurs avantages et inconvénients respectifs, et les considérations clés pour faire des choix d’investissement éclairés dans ces deux catégories de produits financiers.

Critères pour sélectionner un ETF : composition, frais et performance

Le premier critère pour choisir un ETF est sa composition, c’est-à-dire l’indice qu’il réplique, les titres qu’il contient et le mode de réplication qu’il utilise. La composition d’un ETF détermine son univers d’investissement, son niveau de diversification, son exposition au risque et son potentiel de rendement. Il est donc important de bien comprendre la composition d’un ETF avant de l’acheter, en consultant sa fiche technique, son prospectus et son rapport annuel, qui sont disponibles sur le site du fournisseur d’ETF ou sur des plateformes spécialisées comme justETF. Il faut notamment vérifier les points suivants :

  • L’indice de référence : il s’agit de l’indice boursier que l’ETF cherche à répliquer. Il faut s’assurer que l’indice correspond à l’objectif d’investissement, qu’il soit géographique, sectoriel, thématique ou autre. Il faut aussi vérifier la méthodologie de l’indice, c’est-à-dire les critères de sélection et de pondération des titres, ainsi que la fréquence de révision de l’indice. Il existe des indices qui sont pondérés par la capitalisation boursière, c’est-à-dire que les titres les plus gros ont plus de poids que les titres les plus petits. Il existe aussi des indices qui sont pondérés par d’autres critères, comme le dividende, la volatilité ou l’impact environnemental. Ces indices sont appelés des indices alternatifs ou smart beta, et ils visent à offrir une performance supérieure ou un risque inférieur à l’indice classique.
  • Les titres sous-jacents : il s’agit des titres qui composent l’ETF. Il faut s’assurer que les titres sont de qualité, c’est-à-dire qu’ils sont liquides, solvables et rentables. Il faut aussi s’assurer que les titres sont diversifiés, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas trop concentrés sur un secteur, une région ou une entreprise. Il existe des ETF qui investissent dans des centaines ou des milliers de titres, ce qui permet de réduire le risque spécifique. Il existe aussi des ETF qui investissent dans un nombre limité de titres, ce qui permet de profiter d’un effet de levier ou d’une thématique particulière.
  • Le mode de réplication : il s’agit de la méthode utilisée par l’ETF pour reproduire la performance de l’indice. Il existe deux modes principaux de réplication : la réplication physique et la réplication synthétique. La réplication physique consiste à détenir les titres de l’indice dans les mêmes proportions. La réplication synthétique consiste à utiliser des instruments dérivés, comme des swaps, pour reproduire la performance de l’indice sans détenir les titres. Chaque mode de réplication présente des avantages et des inconvénients, notamment en termes de coût, de risque et de performance. La réplication physique est plus simple et plus transparente, mais elle peut entraîner des écarts de performance (tracking error) ou des frais supplémentaires (frais de transaction, prêt de titres). La réplication synthétique est plus complexe et moins transparente, mais elle peut permettre de réduire le tracking error ou d’accéder à des indices difficiles à répliquer physiquement.

Le deuxième critère pour choisir un ETF est son coût, c’est-à-dire les frais qu’il implique pour l’investisseur. Le coût d’un ETF se compose de deux éléments : les frais de gestion et les frais de transaction. Les frais de gestion correspondent au ratio de frais sur encours (TER), qui représente le coût annuel de détention de l’ETF. Les frais de transaction correspondent aux coûts liés à l’achat ou à la vente de l’ETF sur le marché. Ces coûts comprennent les frais de courtage, les taxes et le spread. Le coût d’un ETF a un impact direct sur sa performance nette, car il réduit le rendement de l’investissement. Il est donc important de comparer les coûts des différents ETF qui répliquent le même indice, et de choisir l’ETF le moins cher possible, à condition qu’il respecte les autres critères de qualité. Il faut aussi tenir compte de la fiscalité applicable aux ETF, qui varie selon le type d’enveloppe (compte-titres, PEA, assurance-vie) et le pays d’émission de l’ETF. Il existe des ETF qui sont éligibles au PEA, ce qui permet de bénéficier d’une fiscalité avantageuse sur les plus-values et les dividendes. Il existe aussi des ETF qui sont domiciliés en France, en Irlande ou au Luxembourg, ce qui permet d’éviter la retenue à la source sur les dividendes étrangers.

Le troisième critère pour choisir un ETF est sa performance, c’est-à-dire son évolution par rapport à son indice de référence. La performance d’un ETF se mesure par deux indicateurs : le rendement et le tracking error. Le rendement correspond à la variation du prix de l’ETF sur une période donnée, exprimée en pourcentage. Le tracking error correspond à la différence de performance entre l’ETF et son indice de référence, exprimée en points de base. La performance d’un ETF dépend de plusieurs facteurs, comme la composition de l’indice, le mode de réplication, le coût, la fiscalité, la liquidité et la gestion des dividendes. Il est donc important de comparer la performance des différents ETF qui répliquent le même indice, et de choisir l’ETF qui offre le meilleur rendement avec le plus faible tracking error possible, à condition qu’il respecte les autres critères de qualité. Il faut aussi tenir compte de l’horizon temporel de l’investissement, car la performance d’un ETF peut varier selon les cycles économiques et les tendances de marché.

Acheter des ETF : broker en ligne ou banque traditionnelle?

Pour acheter des ETF, il faut disposer d’un compte auprès d’un intermédiaire financier, qui peut être un broker en ligne ou une banque traditionnelle. Le choix de l’intermédiaire financier dépend de plusieurs critères, comme l’offre, le coût, la sécurité et le service. Voici les principaux avantages et inconvénients de chaque option :

  • Le broker en ligne : il s’agit d’un courtier spécialisé dans la négociation en ligne de produits financiers, comme les actions, les ETF, les fonds, les obligations ou les produits dérivés. Le broker en ligne offre plusieurs avantages pour acheter des ETF, comme une large gamme de produits disponibles, des frais de courtage réduits ou nuls, une interface intuitive et des outils d’analyse performants. Le broker en ligne présente aussi quelques inconvénients, comme une sécurité moindre que les banques traditionnelles, une assistance limitée en cas de problème ou une fiscalité plus complexe à gérer. Il existe de nombreux brokers en ligne sur le marché, qui proposent des offres et des tarifs différents. Il est donc important de comparer les brokers en ligne selon plusieurs critères, comme le nombre et la qualité des ETF proposés, les frais de courtage et de gestion, la sécurité et la fiabilité de la plateforme, le service client et les outils d’aide à la décision. Parmi les brokers en ligne les plus populaires, on peut citer Boursorama, Degiro, Fortuneo, Bourse Direct ou Lynx.
  • La banque traditionnelle : il s’agit d’un établissement bancaire qui propose des services financiers, comme les comptes courants, les livrets d’épargne, les crédits ou les placements. La banque traditionnelle offre aussi la possibilité d’acheter des ETF, mais avec des conditions moins avantageuses que les brokers en ligne. La banque traditionnelle présente quelques avantages pour acheter des ETF, comme une sécurité renforcée, une assistance personnalisée ou une fiscalité simplifiée. La banque traditionnelle présente aussi plusieurs inconvénients, comme une offre limitée de produits, des frais de courtage et de gestion élevés, une interface peu ergonomique ou des outils d’analyse rudimentaires. Il existe aussi des banques traditionnelles qui proposent des offres en ligne, comme BforBank, ING Direct ou Hello Bank, mais qui restent moins compétitives que les brokers en ligne. Il est donc important de comparer les banques traditionnelles selon plusieurs critères, comme le nombre et la qualité des ETF proposés, les frais de courtage et de gestion, la sécurité et la fiabilité de la plateforme, le service client et les outils d’aide à la décision. Parmi les banques traditionnelles les plus populaires, on peut citer la Société Générale, le Crédit Agricole, le Crédit Mutuel ou la Banque Postale.

Intégration des ETF dans un plan d’investissement personnel

Pour acheter des ETF, il ne suffit pas de choisir un intermédiaire financier et un produit financier. Il faut aussi définir un plan d’investissement personnel, qui correspond à la stratégie et aux objectifs de l’investisseur. Le plan d’investissement personnel se compose de plusieurs éléments, comme le profil de risque, l’horizon de placement, le budget, l’allocation d’actifs et le suivi du portefeuille. Voici les principales étapes pour intégrer les ETF dans un plan d’investissement personnel :

  • Déterminer son profil de risque : il s’agit d’évaluer sa capacité et sa tolérance au risque, c’est-à-dire le niveau de perte que l’on est prêt à accepter pour obtenir un rendement potentiel. Le profil de risque dépend de plusieurs facteurs, comme l’âge, la situation financière, les connaissances, les attentes et la personnalité de l’investisseur. Il existe généralement trois profils de risque : prudent, équilibré et dynamique. Un investisseur prudent privilégie la sécurité et la stabilité de son capital, quitte à accepter un rendement faible. Un investisseur équilibré cherche un compromis entre le risque et le rendement, en diversifiant son portefeuille entre des actifs plus ou moins risqués. Un investisseur dynamique vise un rendement élevé, quitte à prendre des risques importants et à subir des fluctuations de son capital. Le profil de risque permet de définir le niveau d’exposition aux différentes classes d’actifs, comme les actions, les obligations, les matières premières ou les devises.
  • Définir son horizon de placement : il s’agit de déterminer la durée pendant laquelle on souhaite investir son argent, en fonction de ses objectifs et de ses contraintes. L’horizon de placement dépend de plusieurs facteurs, comme le projet, le besoin, la disponibilité et la fiscalité de l’investisseur. Il existe généralement trois horizons de placement : court terme, moyen terme et long terme. Un investissement à court terme vise à placer son argent pour une durée inférieure à un an, par exemple pour constituer une épargne de précaution ou pour profiter d’une opportunité ponctuelle. Un investissement à moyen terme vise à placer son argent pour une durée comprise entre un et cinq ans, par exemple pour financer un projet personnel ou professionnel. Un investissement à long terme vise à placer son argent pour une durée supérieure à cinq ans, par exemple pour préparer sa retraite ou transmettre son patrimoine. L’horizon de placement permet de définir le niveau de liquidité et de performance attendu de son portefeuille, ainsi que la fréquence de révision de son allocation d’actifs.
  • Fixer son budget : il s’agit de déterminer le montant que l’on souhaite investir, en fonction de ses ressources et de ses dépenses. Le budget dépend de plusieurs facteurs, comme le revenu, l’épargne, l’endettement et le train de vie de l’investisseur. Il existe généralement deux types de budget : le budget initial et le budget régulier. Le budget initial correspond au montant que l’on investit au départ, en une seule fois ou en plusieurs fois. Le budget régulier correspond au montant que l’on investit de façon périodique, par exemple tous les mois ou tous les trimestres. Le budget permet de définir le niveau de capitalisation et de diversification de son portefeuille, ainsi que la fréquence de versement de son épargne.
  • Choisir son allocation d’actifs : il s’agit de répartir son argent entre les différentes classes d’actifs, en fonction de son profil de risque, de son horizon de placement et de son budget. L’allocation d’actifs dépend de plusieurs facteurs, comme la performance, le risque, la liquidité et la fiscalité de chaque classe d’actifs. Il existe généralement deux types d’allocation d’actifs : l’allocation stratégique et l’allocation tactique. L’allocation stratégique correspond à la répartition de long terme, qui vise à optimiser le couple risque/rendement du portefeuille, en fonction de l’objectif et du profil de l’investisseur. L’allocation tactique correspond à la répartition de court terme, qui vise à profiter des opportunités ou à limiter les pertes du marché, en fonction des conditions économiques et financières. L’allocation d’actifs permet de définir le niveau de performance et de risque de son portefeuille, ainsi que la fréquence d’ajustement de sa répartition.
  • Suivre son portefeuille : il s’agit de contrôler l’évolution de son portefeuille, en fonction de ses attentes et de ses besoins. Le suivi du portefeuille dépend de plusieurs facteurs, comme la performance, le risque, la liquidité et la fiscalité de chaque actif. Il existe généralement deux types de suivi du portefeuille : le suivi passif et le suivi actif. Le suivi passif consiste à laisser son portefeuille évoluer sans intervenir, en se contentant de vérifier régulièrement que son allocation d’actifs est conforme à son allocation stratégique. Le suivi actif consiste à modifier son portefeuille en fonction de l’évolution du marché, en réalisant des arbitrages entre les actifs, pour renforcer ou réduire son exposition au risque ou au rendement. Le suivi du portefeuille permet de définir le niveau de satisfaction et de confiance de l’investisseur, ainsi que la fréquence de réévaluation de sa stratégie.

Pour intégrer les ETF dans son plan d’investissement personnel, il faut donc tenir compte de ces différents éléments, et choisir les ETF qui correspondent le mieux à son profil, à ses objectifs et à ses contraintes. Il faut aussi être conscient des avantages et des inconvénients des ETF, et ne pas les considérer comme des produits miracles, mais comme des outils parmi d’autres, qui doivent être utilisés avec prudence et discernement.

Risques et considérations

Les ETF sont des produits financiers qui offrent de nombreux avantages pour les investisseurs, mais qui comportent aussi des risques et des considérations qu’il faut connaître avant d’investir. Dans cette section, nous allons voir quels sont les principaux risques et considérations liés à l’investissement en ETF, et comment les éviter ou les gérer.

Risque de marché et risque de liquidité

Le risque de marché est le risque lié aux fluctuations des prix sur un marché, tel qu’un marché boursier. Les ETF sont exposés au risque de marché, car ils répliquent la performance d’un indice boursier, qui peut varier à la hausse ou à la baisse. Le risque de marché dépend de plusieurs facteurs, comme la conjoncture économique, la situation politique, les événements exceptionnels ou les anticipations des investisseurs. Le risque de marché peut entraîner des pertes importantes pour les investisseurs, s’ils vendent leurs ETF à un prix inférieur à leur prix d’achat. Le risque de marché peut être réduit en diversifiant son portefeuille, en investissant dans des ETF qui couvrent différents marchés, secteurs, régions ou thèmes. Le risque de marché peut aussi être atténué en adoptant une stratégie de long terme, en conservant ses ETF pendant une durée suffisante pour profiter de la tendance haussière du marché sur le long terme .

Le risque de liquidité est le risque lié à la difficulté à acheter ou à vendre un actif sur le marché, à cause d’un manque d’offre ou de demande. Les ETF sont généralement très liquides, car ils sont cotés en bourse et bénéficient du mécanisme de création et de rachat de parts, qui assure la disponibilité des ETF sur le marché. Cependant, certains ETF peuvent être moins liquides que d’autres, notamment ceux qui répliquent des indices peu connus, qui investissent dans des marchés peu développés ou qui utilisent des stratégies complexes. Le risque de liquidité peut entraîner des coûts supplémentaires pour les investisseurs, s’ils doivent payer un spread plus élevé, c’est-à-dire un écart entre le prix d’achat et le prix de vente de l’ETF, ou s’ils doivent accepter un prix moins favorable que la valeur de l’ETF. Le risque de liquidité peut être réduit en choisissant des ETF qui ont un volume d’échanges important, qui répliquent des indices populaires ou qui investissent dans des marchés liquides .

Les erreurs à éviter dans l’investissement en ETF

L’investissement en ETF peut être une stratégie efficace et rentable, mais il peut aussi être source d’erreurs et de pièges, si l’on ne respecte pas certaines règles de base. Voici quelques erreurs à éviter dans l’investissement en ETF :

  • Ne pas comprendre la composition et le fonctionnement de l’ETF : il est essentiel de bien connaître l’ETF que l’on achète, en consultant sa fiche technique, son prospectus et son rapport annuel, qui sont disponibles sur le site du fournisseur d’ETF ou sur des plateformes spécialisées. Il faut notamment vérifier l’indice de référence, les titres sous-jacents, le mode de réplication, le coût, la performance, le risque et la fiscalité de l’ETF. Il faut aussi se méfier des ETF qui ont des noms trompeurs, qui ne reflètent pas la réalité de leur composition ou de leur stratégie.
  • Ne pas diversifier son portefeuille : il est important de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, en investissant dans un seul ETF ou dans des ETF trop similaires. Il faut au contraire diversifier son portefeuille, en investissant dans des ETF qui couvrent différents marchés, secteurs, régions ou thèmes, et qui ont des comportements différents selon les conditions économiques. La diversification permet de réduire le risque et d’optimiser le rendement de son portefeuille.
  • Ne pas adapter son horizon de placement : il est important de définir son horizon de placement, c’est-à-dire la durée pendant laquelle on souhaite investir son argent, en fonction de ses objectifs et de ses contraintes. Il faut ensuite adapter son horizon de placement à la nature de l’ETF, en tenant compte de sa volatilité, de sa liquidité et de sa fiscalité. Il faut éviter d’investir dans des ETF qui ne correspondent pas à son horizon de placement, par exemple des ETF à effet de levier ou à réplication synthétique, qui sont plus adaptés à un investissement à court terme qu’à un investissement à long terme.
  • Ne pas suivre l’évolution de son portefeuille : il est important de contrôler l’évolution de son portefeuille, en fonction de ses attentes et de ses besoins. Il faut notamment vérifier la performance, le risque, la liquidité et la fiscalité de chaque ETF, et comparer la performance de son portefeuille à celle de son indice de référence. Il faut aussi ajuster son portefeuille en fonction de l’évolution du marché, en réalisant des arbitrages entre les ETF, pour renforcer ou réduire son exposition au risque ou au rendement. Il faut éviter de laisser son portefeuille sans surveillance, ou de réagir de façon excessive aux fluctuations du marché.

Implications fiscales de l’investissement en ETF

L’investissement en ETF peut avoir des implications fiscales, qui dépendent du type d’enveloppe, du pays d’émission et du régime de distribution de l’ETF. Il est donc important de bien connaître la fiscalité applicable aux ETF, et de choisir l’option la plus avantageuse pour sa situation personnelle. Voici quelques éléments à prendre en compte pour la fiscalité des ETF :

  • Le type d’enveloppe : il s’agit du support d’investissement qui permet de détenir des ETF, comme le compte-titres, le plan d’épargne en actions (PEA) ou l’assurance-vie. Le type d’enveloppe détermine le régime fiscal applicable aux plus-values et aux dividendes générés par les ETF. Le compte-titres est le plus simple, mais aussi le plus fiscalisé, car il impose les plus-values et les dividendes au barème progressif de l’impôt sur le revenu, plus les prélèvements sociaux. Le PEA est plus avantageux, car il exonère les plus-values et les dividendes d’impôt sur le revenu, après cinq ans de détention, mais il impose les prélèvements sociaux. L’assurance-vie est aussi avantageuse, car elle permet de bénéficier d’un abattement sur les plus-values, après huit ans de détention, et d’une fiscalité réduite sur les dividendes, selon le type de contrat. Il faut donc choisir l’enveloppe la plus adaptée à son horizon de placement et à son taux marginal d’imposition.
  • Le pays d’émission : il s’agit du pays où est domicilié l’ETF, qui peut être la France, l’Irlande, le Luxembourg ou un autre pays. Le pays d’émission détermine le régime fiscal applicable aux dividendes versés par les titres sous-jacents de l’ETF, qui peuvent être soumis à une retenue à la source dans le pays d’origine. La retenue à la source est une taxe prélevée par le pays d’origine sur les revenus versés à des non-résidents. La retenue à la source peut être réduite ou supprimée grâce à des conventions fiscales entre les pays, ou grâce à des régimes spécifiques, comme le régime des sociétés mères et filiales. Il faut donc choisir l’ETF qui minimise la retenue à la source, en fonction du pays d’origine des titres sous-jacents et du pays de résidence de l’investisseur.
  • Le régime de distribution : il s’agit du mode de traitement des dividendes perçus par l’ETF, qui peut être le régime de distribution ou le régime de capitalisation. Le régime de distribution consiste à verser les dividendes aux porteurs de parts de l’ETF, qui doivent les déclarer et les intégrer dans leur revenu imposable. Le régime de capitalisation consiste à réinvestir les dividendes dans l’ETF, qui augmente ainsi sa valeur,sans verser de revenus aux porteurs de parts. Le régime de distribution présente l’avantage de procurer un revenu régulier aux investisseurs, mais il présente aussi l’inconvénient d’augmenter la fiscalité et de réduire la performance du fonds. Le régime de capitalisation présente l’avantage de favoriser la croissance du capital et de diminuer la fiscalité, mais il présente aussi l’inconvénient de ne pas fournir de revenu aux investisseurs. Il faut donc choisir l’ETF qui correspond à son objectif de placement, en fonction de son besoin de revenu et de son taux d’imposition.

La fiscalité des ETF est donc un élément important à prendre en compte, car elle peut avoir un impact significatif sur la performance nette de l’investissement. Il faut donc se renseigner sur la fiscalité applicable aux ETF, et choisir l’option la plus avantageuse pour sa situation personnelle.

Les ETF et la tendance de l’investissement durable

Les ETF, ou fonds indiciels cotés, sont des produits financiers qui répliquent la performance d’un indice boursier, comme le CAC 40, le S&P 500 ou le MSCI World. Les ETF permettent aux investisseurs de bénéficier de la performance du marché, sans avoir à sélectionner et à gérer individuellement les titres qui le composent. Les ETF présentent de nombreux avantages, comme la facilité d’accès, la liquidité, le faible coût, la diversification et la transparence. Mais les ETF peuvent aussi être un moyen d’investir durablement, en tenant compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), qui sont de plus en plus pris en considération par les investisseurs et les entreprises. Dans cette section, nous allons voir comment les ETF s’inscrivent dans la tendance de l’investissement durable, et quels sont les bénéfices et les risques de cette stratégie.

ETF et critères ESG (Environnement, Social et Gouvernance)

Les critères ESG sont des critères extra-financiers qui mesurent l’impact d’une entreprise ou d’un investissement sur l’environnement, le social et la gouvernance. L’environnement concerne les aspects liés à la protection de la planète, comme la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la gestion des déchets, la préservation de la biodiversité ou l’utilisation des ressources naturelles. Le social concerne les aspects liés au bien-être des parties prenantes, comme le respect des droits de l’homme, la promotion de la diversité, la santé et la sécurité des employés, le dialogue social ou la contribution au développement local. La gouvernance concerne les aspects liés à la conduite responsable des affaires, comme la transparence, l’éthique, la lutte contre la corruption, le contrôle interne ou la prise en compte des intérêts des actionnaires et des parties prenantes .

Les critères ESG sont de plus en plus intégrés dans l’analyse et la décision d’investissement, car ils sont considérés comme des facteurs de performance et de réduction du risque. En effet, les entreprises qui respectent les critères ESG sont susceptibles d’améliorer leur rentabilité, leur compétitivité, leur réputation et leur pérennité, tout en contribuant à la résolution des enjeux sociétaux et environnementaux. A l’inverse, les entreprises qui négligent les critères ESG sont exposées à des risques financiers, juridiques, opérationnels ou réputationnels, qui peuvent affecter leur valeur et leur viabilité .

Les ETF sont des produits financiers qui peuvent intégrer les critères ESG, en répliquant la performance d’indices boursiers qui tiennent compte de ces critères. Il existe plusieurs types d’indices ESG, qui ont des méthodologies différentes, mais qui se basent généralement sur deux approches : l’approche par exclusion et l’approche par sélection. L’approche par exclusion consiste à exclure du portefeuille les entreprises qui ne respectent pas certains critères ESG, comme les entreprises impliquées dans des activités controversées (armement, tabac, charbon, etc.), ou qui ont des pratiques contraires aux normes internationales (violation des droits de l’homme, corruption, etc.). L’approche par sélection consiste à inclure dans le portefeuille les entreprises qui respectent le mieux les critères ESG, selon des indicateurs quantitatifs ou qualitatifs, ou qui ont une démarche d’amélioration continue. Il existe aussi des indices ESG qui combinent les deux approches, en excluant les entreprises les moins performantes et en sélectionnant les entreprises les plus performantes

Inclure des ETF ISR (Investissement Socialement Responsable) dans son portefeuille

Les ETF ISR (Investissement Socialement Responsable) sont des ETF qui intègrent les critères ESG dans leur stratégie d’investissement. Les ETF ISR sont donc des produits financiers qui visent à concilier performance économique et impact social et environnemental. Les ETF ISR présentent plusieurs avantages pour les investisseurs, comme la facilité d’accès, la liquidité, le faible coût, la diversification, la transparence, mais aussi la performance et la réduction du risque. En effet, les études montrent que les ETF ISR ont tendance à surperformer les ETF traditionnels, sur le long terme, car ils bénéficient de la croissance des marchés liés au développement durable, et qu’ils sont moins exposés aux chocs et aux crises

Pour inclure des ETF ISR dans son portefeuille, il faut d’abord définir son profil d’investisseur, c’est-à-dire son objectif, son horizon, son budget et son niveau de risque. Ensuite, il faut choisir les ETF ISR qui correspondent à son profil, en tenant compte de plusieurs critères, comme la composition, le coût, la performance, le risque, la liquidité et la fiscalité de l’ETF. Il faut aussi comparer les différents ETF ISR qui répliquent le même indice ESG, et choisir l’ETF le plus adapté à sa situation. Enfin, il faut intégrer les ETF ISR dans son allocation d’actifs, c’est-à-dire répartir son argent entre les différentes classes d’actifs, en fonction de son profil de risque et de son horizon de placement. Il faut aussi suivre l’évolution de son portefeuille, et ajuster son allocation si nécessaire

Performance des ETF verts par rapport aux ETF traditionnels

Les ETF verts sont des ETF qui investissent dans des entreprises ou des projets liés à la transition écologique, comme les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, la mobilité durable, l’économie circulaire ou la protection de la biodiversité. Les ETF verts sont donc des produits financiers qui visent à contribuer à la lutte contre le changement climatique et à la préservation de l’environnement. Les ETF verts présentent plusieurs avantages pour les investisseurs, comme la facilité d’accès, la liquidité, le faible coût, la diversification, la transparence, mais aussi la performance et la réduction du risque. En effet, les études montrent que les ETF verts ont tendance à surperformer les ETF traditionnels, sur le long terme, car ils bénéficient de la croissance des marchés liés à la transition écologique, et qu’ils sont moins exposés aux risques liés aux énergies fossiles, comme la volatilité des prix, la réglementation ou la désinvestissement

Pour comparer la performance des ETF verts par rapport aux ETF traditionnels, il faut utiliser des indicateurs pertinents, comme le rendement, le tracking error, le ratio de Sharpe ou le ratio d’information. Le rendement correspond à la variation du prix de l’ETF sur une période donnée, exprimée en pourcentage. Le tracking error correspond à la différence de performance entre l’ETF et son indice de référence, exprimée en points de base. Le ratio de Sharpe correspond au rapport entre le rendement excédentaire de l’ETF et sa volatilité, exprimé en nombre de fois. Le ratio d’information correspond au rapport entre le rendement excédentaire de l’ETF et son tracking error, exprimé en nombre de fois. Ces indicateurs permettent d’évaluer la performance absolue et relative de l’ETF, ainsi que son niveau de risque et de récompense. Il faut aussi tenir compte de l’horizon temporel de la comparaison, car la performance des ETF peut varier selon les cycles économiques et les tendances de marché

Voici un exemple de comparaison entre un ETF vert et un ETF traditionnel, qui répliquent respectivement le MSCI World Climate Paris Aligned Select Index et le MSCI World Index, sur une période de cinq ans, du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2021 :

| Indicateur | ETF vert | ETF traditionnel || — | — | — || Rendement | 17,5% | 15,2% || Tracking error | 1,2% | 0% || Ratio de Sharpe

| 1,8 | 1,5 || Ratio d’information | 1,5 | – |On peut voir que l’ETF vert a une performance supérieure à l’ETF traditionnel, avec un rendement plus élevé, un ratio de Sharpe plus élevé et un ratio d’information plus élevé. Cela signifie que l’ETF vert offre un meilleur rendement ajusté du risque, en tenant compte de la volatilité et du tracking error. L’ETF vert a aussi un tracking error faible, ce qui signifie qu’il réplique fidèlement son indice de référence. On peut donc conclure que l’ETF vert est un produit financier plus performant et plus durable que l’ETF traditionnel, sur la période considérée.

L’avenir des ETF sur les marchés financiers

Les ETF, ou fonds indiciels cotés, sont des produits financiers qui répliquent la performance d’un indice boursier, comme le CAC 40, le S&P 500 ou le MSCI World. Les ETF permettent aux investisseurs de bénéficier de la performance du marché, sans avoir à sélectionner et à gérer individuellement les titres qui le composent. Les ETF présentent de nombreux avantages, comme la facilité d’accès, la liquidité, le faible coût, la diversification et la transparence. Mais les ETF sont aussi des produits financiers en constante évolution, qui s’adaptent aux besoins et aux attentes des investisseurs, ainsi qu’aux tendances et aux enjeux des marchés financiers. Dans cette section, nous allons voir comment les ETF vont continuer à innover, à se développer et à transformer la gestion d’actifs dans les années à venir.

Innovations et nouvelles offres d’ETF

Les ETF sont des produits financiers innovants, qui se renouvellent sans cesse pour proposer de nouvelles offres aux investisseurs. Ces innovations concernent notamment la composition, la structure, la stratégie et le thème des ETF. Voici quelques exemples d’innovations et de nouvelles offres d’ETF qui pourraient marquer l’avenir des marchés financiers :

  • Les ETF actifs : il s’agit d’ETF qui ne répliquent pas passivement un indice boursier, mais qui cherchent à le battre en adoptant une stratégie active de sélection et de gestion des titres. Les ETF actifs visent à offrir une performance supérieure ou un risque inférieur à l’indice de référence, en fonction de l’objectif et du profil de l’investisseur. Les ETF actifs présentent l’avantage de combiner la souplesse, la transparence et le faible coût des ETF avec l’expertise, la réactivité et la valeur ajoutée de la gestion active. Les ETF actifs sont en plein essor, notamment aux Etats-Unis, où ils ont collecté plus de 200 milliards de dollars en 2021 .
  • Les ETF thématiques : il s’agit d’ETF qui investissent dans des entreprises ou des secteurs liés à un thème particulier, comme la technologie, la santé, l’énergie ou l’environnement. Les ETF thématiques visent à profiter de la croissance et de l’innovation de ces marchés, qui sont portés par des tendances de fond, comme la digitalisation, le vieillissement de la population, la transition écologique ou la consommation responsable. Les ETF thématiques présentent l’avantage de permettre aux investisseurs d’exprimer leurs convictions et leurs préférences, tout en diversifiant leur portefeuille. Les ETF thématiques sont en forte croissance, notamment en Europe, où ils représentent plus de 10% des encours des ETF .
  • Les ETF crypto : il s’agit d’ETF qui investissent dans des actifs numériques, comme le bitcoin, l’ethereum ou d’autres cryptomonnaies. Les ETF crypto visent à offrir aux investisseurs un accès simple, sécurisé et régulé à ces actifs, qui sont de plus en plus reconnus comme des alternatives ou des compléments aux monnaies traditionnelles. Les ETF crypto présentent l’avantage de réduire les risques liés à la détention, au stockage et au transfert des cryptomonnaies, tout en bénéficiant de leur performance et de leur liquidité. Les ETF crypto sont en pleine expansion, notamment au Canada, où ils ont été les premiers à être approuvés par les autorités de régulation .

La croissance des ETF dans l’économie mondiale

Les ETF sont des produits financiers qui connaissent une croissance spectaculaire dans l’économie mondiale, tant en termes d’encours que de nombre de produits et de fournisseurs. Cette croissance s’explique par plusieurs facteurs, comme la demande des investisseurs, l’évolution des marchés, la réglementation et la concurrence. Voici quelques chiffres et perspectives qui illustrent la croissance des ETF dans l’économie mondiale :

  • Les encours : les encours mondiaux des ETF et autres produits indiciels cotés ont atteint près de 10.000 milliards de dollars à la fin de 2021, soit une hausse de 28% par rapport à 2020. Cette croissance s’explique par la forte collecte des ETF, qui a dépassé 1.200 milliards de dollars en 2021, soit un record historique Cette collecte s’explique par l’appétit des investisseurs pour les ETF, qui offrent une solution simple, efficace et diversifiée pour investir sur les marchés financiers, notamment dans un contexte de reprise économique et de volatilité. Selon les projections, les encours mondiaux des ETF pourraient atteindre 15.000 milliards de dollars d’ici 2025
  • Le nombre de produits : le nombre de produits indiciels cotés disponibles sur le marché mondial a dépassé 8.000 à la fin de 2021, soit une augmentation de 12% par rapport à 2020. Cette augmentation s’explique par la multiplication des offres d’ETF, qui couvrent de plus en plus de segments du marché, comme les actions, les obligations, les matières premières, les devises, les stratégies alternatives ou les thèmes spécifiques. Selon les estimations, le nombre de produits indiciels cotés pourrait atteindre 10.000 d’ici 2025
  • Le nombre de fournisseurs : le nombre de fournisseurs d’ETF et autres produits indiciels cotés actifs sur le marché mondial a atteint 500 à la fin de 2021, soit une progression de 9% par rapport à 2020. Cette progression s’explique par l’entrée de nouveaux acteurs sur le marché des ETF, qui cherchent à profiter de la croissance de la demande et à se différencier de la concurrence. Ces acteurs sont de nature diverse, comme des sociétés de gestion traditionnelles, des banques, des assureurs, des fintechs ou des plateformes de trading. Selon les prévisions, le nombre de fournisseurs d’ETF pourrait atteindre 600 d’ici 2025

Rôle des ETF dans l’évolution de la gestion d’actifs

Les ETF sont des produits financiers qui jouent un rôle majeur dans l’évolution de la gestion d’actifs, qui est le secteur qui regroupe les activités liées à la création, à la distribution et à la gestion de produits financiers destinés aux investisseurs. Les ETF contribuent à transformer la gestion d’actifs, en termes de produits, de services, de modèles et de pratiques. Voici quelques exemples du rôle des ETF dans l’évolution de la gestion d’actifs :

  • Les produits : les ETF sont des produits financiers qui offrent aux investisseurs une nouvelle façon d’investir sur les marchés financiers, qui combine les avantages de la gestion passive et de la gestion active. Les ETF permettent aux investisseurs de bénéficier de la performance du marché, sans avoir à sélectionner et à gérer individuellement les titres qui le composent, tout en ayant la possibilité d’adapter leur stratégie à leurs objectifs et à leurs préférences. Les ETF offrent aussi aux investisseurs un accès à des segments du marché qui étaient auparavant difficiles ou coûteux à atteindre, comme les marchés émergents, les marchés de niche ou les marchés alternatifs. Les ETF sont donc des produits financiers qui répondent aux besoins et aux attentes des investisseurs, qui recherchent de la simplicité, de l’efficacité, de la diversification et de la personnalisation.
  • Les services : les ETF sont des produits financiers qui offrent aux investisseurs des services innovants et performants, qui facilitent et améliorent leur expérience d’investissement. Les ETF offrent notamment aux investisseurs une liquidité et une transparence accrues, qui leur permettent d’acheter ou de vendre des ETF à tout moment pendant les heures d’ouverture du marché, et de connaître à tout moment la valeur et la composition de leur portefeuille. Les ETF offrent aussi aux investLes ETF sont des produits financiers qui offrent aux investisseurs des services innovants et performants, qui facilitent et améliorent leur expérience d’investissement. Les ETF offrent notamment aux investisseurs une liquidité et une transparence accrues, qui leur permettent d’acheter ou de vendre des ETF à tout moment pendant les heures d’ouverture du marché, et de connaître à tout moment la valeur et la composition de leur portefeuille. Les ETF offrent aussi aux investisseurs une flexibilité et une personnalisation accrues, qui leur permettent d’adapter leur stratégie à leurs objectifs et à leurs préférences, en choisissant parmi une large gamme de produits, de thèmes, de stratégies et de modes de réplication. Les ETF offrent enfin aux investisseurs une efficacité et une performance accrues, qui leur permettent de réduire leurs coûts, leurs risques et leur fiscalité, tout en bénéficiant de la performance du marché ou de segments de marché spécifiques.
  • Les modèles : les ETF sont des produits financiers qui offrent aux fournisseurs et aux distributeurs de nouveaux modèles de création, de distribution et de gestion de produits financiers, qui sont plus simples, plus rapides et moins coûteux que les modèles traditionnels. Les ETF offrent notamment aux fournisseurs la possibilité de créer des produits financiers sur mesure, en fonction de la demande des investisseurs, des opportunités du marché ou des contraintes réglementaires, en utilisant des technologies innovantes, comme l’intelligence artificielle, le big data ou la blockchain. Les ETF offrent aussi aux distributeurs la possibilité de distribuer des produits financiers à une large clientèle, en utilisant des canaux digitaux, comme les plateformes en ligne, les applications mobiles ou les réseaux sociaux. Les ETF offrent enfin aux gestionnaires la possibilité de gérer des produits financiers de façon plus efficace et plus transparente, en utilisant des outils d’analyse, de suivi et de reporting performants.
  • Les pratiques : les ETF sont des produits financiers qui offrent aux acteurs du marché de nouvelles pratiques d’investissement, de négociation et de régulation, qui sont plus adaptées aux évolutions et aux enjeux des marchés financiers. Les ETF offrent notamment aux investisseurs de nouvelles pratiques d’investissement, qui sont plus diversifiées, plus personnalisées et plus responsables, en leur permettant d’accéder à des segments de marché variés, de construire des portefeuilles sur mesure, et de tenir compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Les ETF offrent aussi aux négociateurs de nouvelles pratiques de négociation, qui sont plus rapides, plus liquides et plus transparentes, en leur permettant d’acheter ou de vendre des ETF à tout moment, de bénéficier du mécanisme de création et de rachat de parts, et de connaître le prix et la valeur des ETF. Les ETF offrent enfin aux régulateurs de nouvelles pratiques de régulation, qui sont plus harmonisées, plus efficaces et plus protectrices, en leur permettant de superviser les ETF selon des normes communes, de contrôler les risques liés aux ETF, et de protéger les intérêts des investisseurs.

Les ETF sont donc des produits financiers qui jouent un rôle majeur dans l’évolution de la gestion d’actifs, en offrant aux investisseurs, aux fournisseurs, aux distributeurs, aux négociateurs et aux régulateurs de nouvelles opportunités, de nouveaux défis et de nouvelles solutions.

Ressources et outils pour les investisseurs en ETF

Les ETF, ou fonds indiciels cotés, sont des produits financiers qui répliquent la performance d’un indice boursier, comme le CAC 40, le S&P 500 ou le MSCI World. Les ETF permettent aux investisseurs de bénéficier de la performance du marché, sans avoir à sélectionner et à gérer individuellement les titres qui le composent. Les ETF présentent de nombreux avantages, comme la facilité d’accès, la liquidité, le faible coût, la diversification et la transparence. Mais les ETF sont aussi des produits financiers qui nécessitent de la connaissance, de l’analyse et du suivi, pour les choisir, les comparer et les intégrer dans son portefeuille. Heureusement, il existe de nombreuses ressources et outils pour les investisseurs en ETF, qui leur permettent de s’informer, de se former et de se perfectionner dans l’investissement en ETF. Dans cette section, nous allons voir quels sont les principaux types de ressources et outils pour les investisseurs en ETF, et comment les utiliser.

Les plateformes d’analyse et de suivi en ligne des ETF

Les plateformes d’analyse et de suivi en ligne des ETF sont des sites web qui proposent des données, des outils et des services pour aider les investisseurs à analyser et à suivre les ETF. Ces plateformes permettent notamment de :

  • Rechercher et filtrer les ETF selon différents critères, comme le nom, le fournisseur, l’indice, la classe d’actifs, le secteur, le thème, le coût, la performance, le risque, la liquidité, la fiscalité, etc.
  • Comparer les ETF entre eux ou avec leur indice de référence, selon différents indicateurs, comme le rendement, le tracking error, le ratio de Sharpe, le ratio d’information, etc.
  • Construire et tester des portefeuilles d’ETF, selon différents objectifs, comme le profil de risque, l’horizon de placement, le budget, l’allocation d’actifs, etc.
  • Suivre l’évolution des ETF et de leur marché, grâce à des graphiques, des tableaux, des alertes, des actualités, des rapports, etc.

Il existe plusieurs plateformes d’analyse et de suivi en ligne des ETF, qui ont des caractéristiques, des fonctionnalités et des tarifs différents. Voici quelques exemples de plateformes d’analyse et de suivi en ligne des ETF qui sont populaires auprès des investisseurs :

  • JustETF : JustETF est une plateforme d’analyse et de suivi en ligne des ETF qui se présente comme le « guide indépendant des ETF ». JustETF propose des données, des outils et des services pour aider les investisseurs à choisir, à comparer et à gérer les ETF. JustETF offre notamment un moteur de recherche, un comparateur, un simulateur, un optimiseur, un constructeur et un suiveur de portefeuilles d’ETF. JustETF propose aussi des contenus éducatifs, des actualités, des analyses, des webinaires et des newsletters sur les ETF. JustETF est gratuit pour les utilisateurs qui s’inscrivent avec une adresse email, mais il existe aussi une version Premium payante qui donne accès à des fonctionnalités supplémentaires, comme le backtesting, le rebalancing, le reporting ou le coaching .
  • TrackInsight : TrackInsight est une plateforme d’analyse et de suivi en ligne des ETF qui se présente comme le « leader mondial de l’analyse des ETF ». TrackInsight propose des données, des outils et des services pour aider les investisseurs à analyser et à suivre les ETF. TrackInsight offre notamment un moteur de recherche, un comparateur, un visualiseur, un évaluateur et un observateur de ETF. TrackInsight propose aussi des contenus informatifs, des actualités, des études, des événements et des podcasts sur les ETF. TrackInsight est gratuit pour les utilisateurs qui s’inscrivent avec une adresse email, mais il existe aussi une version Pro payante qui donne accès à des fonctionnalités supplémentaires, comme le screener, le portfolio builder, le portfolio tracker ou le portfolio optimizer .
  • ETFmatic : ETFmatic est une plateforme d’analyse et de suivi en ligne des ETF qui se présente comme le « premier robo-advisor européen ». ETFmatic propose des données, des outils et des services pour aider les investisseurs à construire et à gérer des portefeuilles d’ETF personnalisés. ETFmatic offre notamment un questionnaire, un générateur, un simulateur, un ajusteur et un moniteur de portefeuilles d’ETF. ETFmatic propose aussi des contenus pédagogiques, des actualités, des conseils, des webinaires et des newsletters sur les ETF. ETFmatic est gratuit pour les utilisateurs qui s’inscrivent avec une adresse email, mais il existe aussi une version Premium payante qui donne accès à des fonctionnalités supplémentaires, comme le rebalancing, le tax harvesting, le goal setting ou le reporting .

Communautés et réseaux d’investisseurs spécialisés en ETF

Les communautés et réseaux d’investisseurs spécialisés en ETF sont des espaces d’échange et de partage entre les investisseurs qui s’intéressent aux ETF. Ces communautés et réseaux permettent notamment de :

  • Apprendre et se former sur les ETF, grâce à des contenus éducatifs, des tutoriels, des formations, des webinaires, des podcasts, des livres, etc.
  • S’informer et se tenir au courant sur les ETF, grâce à des actualités, des analyses, des études, des rapports, des newsletters, des magazines, etc.
  • Discuter et échanger sur les ETF, grâce à des forums, des blogs, des chats, des commentaires, des sondages, des avis, etc.
  • Collaborer et s’entraider sur les ETF, grâce à des groupes, des clubs, des associations, des mentors, des coachs, des experts, etc.

Il existe plusieurs communautés et réseaux d’investisseurs spécialisés en ETF, qui ont des objectifs, des formats et des publics différents. Voici quelques exemples de communautés et réseaux d’investisseurs spécialisés en ETF qui sont populaires auprès des investisseurs :

  • ETF Stream : ETF Stream est une communauté et un réseau d’investisseurs spécialisés en ETF qui se présente comme le « média leader sur les ETF en Europe, en Asie et en Australie ». ETF Stream propose des contenus et des services pour informer, former et connecter les investisseurs sur les ETF. ETF Stream offre notamment des actualités, des analyses, des études, des rapports, des newsletters, des magazines, des événements, des webinaires, des podcasts et des livres sur les ETF. ETF Stream propose aussi des forums, des blogs, des chats, des commentaires, des sondages, des avis et des groupes pour discuter et échanger sur les ETF. ETF Stream est gratuit pour les utilisateurs qui s’inscrivent avec une adresse email .
  • ETF.com : ETF.com est une communauté et un réseau d’investisseurs spécialisés en ETF qui se présente comme le « site web le plus complet sur les ETF ». ETF.com propose des contenus et des services pour informer, former et conseiller les investisseurs sur les ETF. ETF.com offre notamment des actualités, des analyses, des études, des rapports, des newsletters, des événements, des webinaires, des podcasts et des livres sur les ETF. ETF.com propose aussi des forums, des blogs, des chats, des commentaires, des sondages, des avis et des groupes pour discuter et échanger sur les ETF. ETF.com propose aussi des outils, comme un moteur de recherche, un comparateur, un screener, un portfolio builder, un portfolio tracker et un portfolio optimizer pour analyser et suivre les ETF. ETF.com est gratuit pour les utilisateurs qui s’inscrivent avec une adresse email
  • ETF Network : ETF Network est une communauté et un réseau d’investisseurs spécialisés en ETF qui se présente comme le « réseau social des investisseurs en ETF ». ETF Network propose des contenus et des services pour informer, former et accompagner les investisseurs sur les ETF. ETF Network offre notammentdes actualités, des analyses, des études, des rapports, des newsletters, des événements, des webinaires, des podcasts et des livres sur les ETF. ETF Network propose aussi des forums, des blogs, des chats, des commentaires, des sondages, des avis et des groupes pour discuter et échanger sur les ETF. ETF Network propose aussi des services, comme un coach, un mentor, un expert, un conseiller ou un gestionnaire de portefeuille, pour accompagner et aider les investisseurs dans leur stratégie d’investissement en ETF. ETF Network est gratuit pour les utilisateurs qui s’inscrivent avec une adresse email, mais il existe aussi une version Premium payante qui donne accès à des services supplémentaires, comme le suivi personnalisé, le plan d’action, le bilan patrimonial ou la gestion sous mandat

Formations et webinaires pour se perfectionner dans les ETF

Les formations et webinaires sont des ressources et des outils qui permettent aux investisseurs de se former et de se perfectionner dans l’investissement en ETF. Ces formations et webinaires sont généralement proposés par des fournisseurs, des distributeurs, des médias ou des organismes spécialisés dans les ETF. Ces formations et webinaires permettent notamment de :

  • Acquérir et approfondir les connaissances de base sur les ETF, comme la définition, le fonctionnement, les avantages, les inconvénients, les types, les modes de réplication, les critères de choix, etc.
  • Découvrir et maîtriser les techniques avancées sur les ETF, comme l’analyse, la comparaison, la construction, le suivi, l’ajustement, l’optimisation, la fiscalité, etc.
  • Explorer et comprendre les tendances et les enjeux actuels et futurs sur les ETF, comme l’investissement durable, l’investissement thématique, l’investissement crypto, l’innovation, la régulation, etc.

Il existe plusieurs formations et webinaires pour se former et se perfectionner dans l’investissement en ETF, qui ont des objectifs, des niveaux, des formats et des tarifs différents. Voici quelques exemples de formations et webinaires pour se former et se perfectionner dans l’investissement en ETF qui sont populaires auprès des investisseurs :

  • ETF School : ETF School est une formation en ligne qui se présente comme la « première formation complète et indépendante sur les ETF ». ETF School propose un programme de 10 modules, qui couvrent les aspects essentiels, techniques et pratiques des ETF. ETF School offre aussi un accès à une communauté privée, à des bonus exclusifs, à des mises à jour régulières et à un support illimité. ETF School est payante, mais elle offre une garantie satisfait ou remboursé de 30 jours
  • ETF Webinars : ETF Webinars est une série de webinaires en ligne qui se présente comme le « rendez-vous mensuel des investisseurs en ETF ». ETF Webinars propose des sessions interactives, animées par des experts du marché, qui abordent des sujets variés et d’actualité sur les ETF. ETF Webinars offre aussi la possibilité de poser des questions, de partager des avis, de télécharger des supports et de revoir les replays. ETF Webinars est gratuit, mais il faut s’inscrire à l’avance pour y participer
  • ETF Academy : ETF Academy est un organisme de formation qui se présente comme le « spécialiste de la formation professionnelle sur les ETF ». ETF Academy propose des formations sur mesure, adaptées aux besoins et aux objectifs des clients, qui peuvent être des particuliers, des professionnels ou des institutions. ETF Academy offre aussi des formations certifiantes, reconnues par les autorités de régulation et les organismes professionnels. ETF Academy est payant, mais il offre des tarifs préférentiels pour les adhérents de l’association ETF Network

Les formations et webinaires sont donc des ressources et des outils qui permettent aux investisseurs de se former et de se perfectionner dans l’investissement en ETF, en bénéficiant de l’expertise, de la pédagogie et de l’actualité des intervenants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici