Accueil Investissement Les indices boursiers en bourse

Les indices boursiers en bourse

0
Les indices boursiers en bourse

Tu t’intéresses à la bourse et tu veux savoir ce que sont les indices boursiers ? Tu es au bon endroit, surtout si tu débutes dans le monde de la finance avec ‘La bourse pour les débutants‘ ! Dans cet article, je vais t’expliquer ce que sont les indices boursiers, à quoi ils servent, comment ils sont calculés et comment les utiliser pour analyser le marché et investir. Tu vas découvrir les principaux indices boursiers mondiaux et français, leur composition, leur évolution, leurs produits dérivés et leurs défis. Tu vas aussi apprendre comment les indices boursiers peuvent t’aider à gérer ton portefeuille et à optimiser tes performances. Alors, prêt à devenir un expert des indices boursiers ? C’est parti !

Qu’est-ce qu’un indice boursier ?

Un indice boursier est un indicateur qui mesure la performance d’un ensemble de valeurs cotées sur un marché financier. Il s’agit d’un panier fictif d’actions qui représente une partie du marché, par exemple un pays, une région, un secteur d’activité ou une taille de capitalisation. Un indice boursier permet de suivre l’évolution du marché dans son ensemble, en comparant le cours actuel du panier d’actions avec son cours de référence, généralement fixé à une date antérieure. Un indice boursier peut être exprimé en points ou en pourcentage de variation.

Les indices boursiers sont utilisés pour plusieurs raisons. Tout d’abord, ils permettent de synthétiser l’information sur le marché et de rendre compte de sa tendance générale. Ensuite, ils servent de référence pour comparer les performances des différents actifs, fonds ou portefeuilles. Enfin, ils sont à la base de nombreux produits financiers dérivés, comme les contrats à terme, les options ou les trackers, qui permettent de spéculer ou de se couvrir sur le marché.

Principaux indices boursiers mondiaux

Dans cette section, je vais te présenter les principaux indices boursiers mondiaux, qui sont des indicateurs de référence pour les investisseurs internationaux. Ces indices regroupent les actions des plus grandes entreprises cotées dans les principales places financières du monde. Ils reflètent la santé économique et la confiance des marchés dans les différentes régions du globe. Je vais te parler de quatre indices majeurs : le Dow Jones Industrial Average, le NASDAQ Composite, l’Euro Stoxx 50 et le Nikkei 225.

Le Dow Jones Industrial Average

Le Dow Jones Industrial Average, ou DJIA, est le plus ancien et le plus célèbre indice boursier américain. Il a été créé en 1896 par le journaliste Charles Dow et son associé Edward Jones. Il regroupe 30 grandes entreprises américaines, représentatives de l’industrie, de la finance, de la technologie ou de la consommation. Parmi les sociétés composant le DJIA, on trouve par exemple Apple, Boeing, Coca-Cola, Goldman Sachs, Intel, Microsoft ou Walmart. Le DJIA est un indice pondéré par les cours des actions, ce qui signifie que les entreprises ayant les actions les plus chères ont le plus de poids dans le calcul de l’indice. Le DJIA est considéré comme un baromètre de la performance du marché américain et de l’économie américaine. Il est souvent appelé simplement le Dow ou le Wall Street. Tu peux consulter le cours du DJIA sur [ce site] .

Le NASDAQ Composite

Le NASDAQ Composite, ou COMP, est un autre indice boursier américain, qui regroupe plus de 3 000 entreprises cotées sur le NASDAQ, la deuxième plus grande bourse du monde après la NYSE (New York Stock Exchange). Le NASDAQ est spécialisé dans les entreprises innovantes, notamment dans les secteurs de la technologie, de la biotechnologie, de l’internet ou des télécommunications. Parmi les sociétés composant le COMP, on trouve par exemple Amazon, Facebook, Google, Netflix, Tesla ou Zoom. Le COMP est un indice pondéré par la capitalisation boursière, ce qui signifie que les entreprises ayant la plus grande valeur de marché ont le plus de poids dans le calcul de l’indice. Le COMP est considéré comme un indicateur de la tendance du secteur technologique et de la croissance économique. Il est souvent appelé simplement le NASDAQ. Tu peux consulter le cours du COMP sur [ce site] .

L’Euro Stoxx 50

L’Euro Stoxx 50, ou SX5E, est le principal indice boursier européen. Il a été créé en 1998 par le groupe Deutsche Börse, qui gère la bourse de Francfort. Il regroupe 50 grandes entreprises européennes, appartenant à la zone euro, c’est-à-dire utilisant la monnaie unique européenne. Ces entreprises sont sélectionnées parmi les secteurs les plus importants de l’économie européenne, comme l’automobile, la banque, l’énergie, la pharmacie ou les télécommunications. Parmi les sociétés composant le SX5E, on trouve par exemple Airbus, BNP Paribas, L’Oréal, LVMH, SAP ou Total. Le SX5E est un indice pondéré par la capitalisation boursière, ce qui signifie que les entreprises ayant la plus grande valeur de marché ont le plus de poids dans le calcul de l’indice. Le SX5E est considéré comme un reflet de la performance du marché européen et de l’intégration économique de la zone euro. Tu peux consulter le cours du SX5E sur [ce site] .

Le Nikkei 225

Le Nikkei 225, ou N225, est le principal indice boursier japonais. Il a été créé en 1950 par le journal économique Nihon Keizai Shimbun, qui lui a donné son nom. Il regroupe 225 grandes entreprises japonaises, cotées sur la bourse de Tokyo, la plus grande bourse d’Asie. Ces entreprises sont représentatives de l’industrie, des services, de la finance ou de la technologie japonaise. Parmi les sociétés composant le N225, on trouve par exemple Honda, Nintendo, Sony, Toyota ou Uniqlo. Le N225 est un indice pondéré par les cours des actions, ce qui signifie que les entreprises ayant les actions les plus chères ont le plus de poids dans le calcul de l’indice. Le N225 est considéré comme un symbole de la puissance économique du Japon et de son influence sur les marchés asiatiques. Tu peux consulter le cours du N225 sur [ce site] .

Comprendre les indices boursiers français

Dans cette section, je vais te présenter les principaux indices boursiers français, qui sont des indicateurs de référence pour les investisseurs nationaux. Ces indices regroupent les actions des plus grandes entreprises françaises, cotées sur Euronext Paris, la première place financière du pays. Je vais te parler de deux indices majeurs : le CAC 40 et le SBF 120.

Le CAC 40 : l’indice phare de la France

Le CAC 40 (Cotation Assistée en Continu) est le plus connu et le plus suivi des indices boursiers français. Il a été créé en 1987 avec une base de 1 000 points. Il regroupe 40 grandes entreprises françaises, représentatives des différents secteurs de l’économie française, comme l’industrie, la finance, la technologie ou la consommation. Parmi les sociétés composant le CAC 40, on trouve par exemple Air Liquide, Airbus, BNP Paribas, L’Oréal, LVMH, Sanofi ou Total. Le CAC 40 est un indice pondéré par la capitalisation boursière, ce qui signifie que les entreprises ayant la plus grande valeur de marché ont le plus de poids dans le calcul de l’indice. Le CAC 40 est considéré comme un baromètre de la performance du marché français et de l’économie française. Il est souvent appelé simplement le CAC ou la cote. Tu peux consulter le cours du CAC 40 sur [ce site] .

Le SBF 120 : un indice plus large

Le SBF 120 (Société des Bourses Françaises 120 Index) est un autre indice boursier français, qui regroupe 120 entreprises cotées à Paris. Il a été créé en 1990 avec une base de 1 000 points. Il inclut toutes les 40 entreprises du CAC 40 et 80 entreprises supplémentaires, sélectionnées parmi les plus actives et les plus importantes du marché. Le SBF 120 couvre ainsi une large partie du marché français, avec environ 80% de la capitalisation boursière totale. Parmi les sociétés composant le SBF 120, on trouve par exemple Accor, Alstom, Atos, Danone, EDF, Renault ou Vinci. Le SBF 120 est également un indice pondéré par la capitalisation boursière, ce qui signifie que les entreprises ayant la plus grande valeur de marché ont le plus de poids dans le calcul de l’indice. Le SBF 120 est considéré comme un indicateur plus large et plus diversifié que le CAC 40, qui reflète mieux la réalité du marché français. Tu peux consulter le cours du SBF 120 sur [ce site] .

La composition des indices boursiers

Dans cette section, je vais te présenter comment les indices boursiers sont composés, c’est-à-dire quels sont les critères de sélection des entreprises qui les constituent et comment les actions sont pondérées dans le calcul de l’indice. Ces éléments sont importants à connaître car ils influencent la représentativité et la performance des indices boursiers.

Critères de sélection des entreprises

Les critères de sélection des entreprises dans un indice boursier varient selon le fournisseur de l’indice, c’est-à-dire la société qui le crée et le calcule. Il existe des fournisseurs d’indices indépendants, comme MSCI ou S&P, ou des fournisseurs liés aux places boursières, comme Euronext ou FTSE. Chaque fournisseur définit ses propres règles pour choisir les entreprises qui font partie de ses indices. Ces règles peuvent être basées sur des critères objectifs, comme la capitalisation boursière, le flottant, le volume d’échange, le secteur d’activité ou la localisation géographique, ou sur des critères subjectifs, comme l’appréciation du conseil scientifique du fournisseur. Par exemple, pour intégrer le CAC 40, une entreprise doit être cotée à la bourse de Paris et faire partie du premier compartiment de celle-ci, ce qui nécessite une capitalisation boursière d’au moins 25 milliards de Yens. Elle doit aussi avoir un flottant suffisant, c’est-à-dire une part d’actions négociables sur le marché, et un volume d’échange important. Enfin, elle doit être représentative de l’économie française, ce qui est décidé par le conseil scientifique de NYSE Euronext .

La pondération des actions dans un indice

La pondération des actions dans un indice boursier désigne le poids relatif de chaque action dans le calcul de la valeur de l’indice. Il existe plusieurs méthodes de pondération, qui peuvent avoir un impact significatif sur la performance de l’indice. Les principales méthodes sont les suivantes :

  • La pondération par les prix : chaque action est pondérée en fonction de son cours, c’est-à-dire que plus le cours est élevé, plus le poids est important. Cette méthode est simple à calculer, mais elle donne trop d’influence aux actions les plus chères, indépendamment de leur valeur réelle sur le marché. Deux indices importants qui utilisent cette méthode sont le Dow Jones Industrial Average et le Nikkei 225 .
  • La pondération par la capitalisation boursière : chaque action est pondérée en fonction de sa capitalisation boursière, c’est-à-dire que plus la valeur de marché de l’entreprise est élevée, plus le poids est important. Cette méthode est la plus répandue et la plus réaliste, car elle reflète la taille et l’importance des entreprises sur le marché. La plupart des indices boursiers mondiaux utilisent cette méthode, comme le CAC 40, le S&P 500 ou le MSCI World .
  • La pondération égale : chaque action est pondérée de la même manière, c’est-à-dire que toutes les actions ont le même poids dans l’indice. Cette méthode est la plus simple et la plus équitable, car elle ne favorise ni ne pénalise aucune action. Elle permet aussi de réduire la concentration de l’indice sur quelques valeurs dominantes. Cependant, elle nécessite des ajustements fréquents pour maintenir l’égalité des poids. Deux exemples d’indices qui utilisent cette méthode sont le FTSE 100 et le S&P 500 Equal Weight .

Il existe aussi d’autres méthodes de pondération, qui prennent en compte des critères spécifiques, comme les dividendes, la liquidité, la volatilité ou les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Ces méthodes visent à répondre aux besoins particuliers de certains investisseurs .

L’évolution des indices boursiers

Dans cette section, je vais te présenter comment les indices boursiers évoluent au fil du temps, quels sont les facteurs qui influencent leurs plus fortes hausses et baisses, et quelle est la tendance récente des principaux indices mondiaux. Ces éléments sont importants à connaître car ils te permettent de comprendre le contexte économique et financier dans lequel tu investis.

Facteurs influençant les plus fortes hausses et baisses

Les indices boursiers sont sensibles à de nombreux facteurs, qui peuvent avoir un impact positif ou négatif sur leur évolution. Parmi ces facteurs, on peut distinguer les suivants :

  • Les résultats des entreprises : les indices boursiers sont composés d’actions d’entreprises, dont la valeur dépend de leurs performances financières. Lorsque les entreprises publient leurs résultats trimestriels ou annuels, ils peuvent entraîner une hausse ou une baisse de leur cours, et par conséquent de l’indice auquel ils appartiennent. Par exemple, le 28 octobre 2021, Apple a annoncé un chiffre d’affaires record de 83,4 milliards de dollars pour le quatrième trimestre, mais aussi une pénurie de composants qui pourrait affecter ses ventes futures. Cette nouvelle a fait baisser le cours de l’action Apple de 4,2 % le lendemain, et a pesé sur le NASDAQ Composite, qui a reculé de 0,94 % .
  • La politique monétaire : la politique monétaire désigne l’ensemble des actions menées par les banques centrales pour influencer le niveau des taux d’intérêt, la quantité de monnaie en circulation et le taux de change. La politique monétaire a un effet direct sur le coût du crédit, la rentabilité des placements et la compétitivité des entreprises. Lorsque les banques centrales baissent leurs taux directeurs, elles stimulent l’activité économique et favorisent la hausse des indices boursiers. À l’inverse, lorsque les banques centrales relèvent leurs taux directeurs, elles freinent l’inflation et ralentissent la croissance, ce qui pèse sur les marchés financiers. Par exemple, le 8 septembre 2022, la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé une hausse de ses trois taux d’intérêt de 75 points de base, faisant passer son taux de refinancement au-dessus de 1 %. Il s’agissait de la deuxième hausse depuis le début de l’année, après avoir opéré son premier relèvement en 11 ans le 21 juillet précédent. Cette décision visait à juguler l’inflation, qui s’élevait à 8,1 % en 2022 dans la zone euro. Cette annonce n’a pas été bien accueillie par les marchés, qui ont craint un ralentissement de la reprise économique. L’Euro Stoxx 50 a ainsi perdu 0,75 % le jour même .
  • Les événements géopolitiques : les événements géopolitiques désignent les situations de conflit, de crise ou de tension entre les États ou les régions du monde. Ces événements peuvent avoir un impact sur la stabilité politique, la sécurité internationale, le commerce mondial ou l’approvisionnement en matières premières. Ils peuvent ainsi créer de l’incertitude, de la volatilité ou du risque sur les marchés financiers. Lorsque les événements géopolitiques sont perçus comme négatifs, ils entraînent une baisse des indices boursiers, car les investisseurs se détournent des actifs risqués et se réfugient vers des actifs plus sûrs, comme l’or ou le dollar. À l’inverse, lorsque les événements géopolitiques sont perçus comme positifs, ils favorisent la hausse des indices boursiers, car les investisseurs retrouvent de la confiance et de l’appétit pour le risque. Par exemple, le 24 juin 2016, le Royaume-Uni a voté en faveur de sa sortie de l’Union européenne, lors du référendum sur le Brexit. Cette décision a provoqué un choc sur les marchés, qui n’avaient pas anticipé ce scénario. Le FTSE 100, l’indice boursier britannique, a ainsi chuté de 3,15 % le jour même, et de 8,7 % sur la semaine. L’Euro Stoxx 50 a également reculé de 8,6 % sur la semaine, tandis que le cours de la livre sterling a atteint son plus bas niveau depuis 1985 face au dollar .

Analyse des tendances récentes

Après avoir connu une année 2021 exceptionnelle, marquée par des records historiques pour de nombreux indices boursiers, l’année 2022 s’annonce plus difficile pour les marchés financiers. En effet, plusieurs facteurs pèsent sur la confiance des investisseurs, tels que la hausse de l’inflation, le resserrement de la politique monétaire, la propagation du variant Omicron du Covid-19, les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, ou encore les incertitudes politiques en Europe. Ces facteurs se traduisent par une augmentation de la volatilité, une baisse des valorisations et une divergence des performances entre les régions et les secteurs. Voici une analyse des tendances récentes des principaux indices boursiers mondiaux :

  • Le Dow Jones Industrial Average, l’indice boursier américain le plus ancien et le plus célèbre, a enregistré sa plus forte baisse annuelle depuis 2008, avec un recul de 15 % en 2022. L’indice a été pénalisé par la hausse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui a relevé son taux directeur à quatre reprises en 2022, pour le porter à 1,75 %. La Fed a également annoncé la fin de son programme d’achat d’actifs, qui avait soutenu les marchés pendant la crise du Covid-19. Ces mesures visent à contrôler l’inflation, qui a atteint 6,8 % en rythme annuel en novembre 2022, son plus haut niveau depuis 1982. L’indice a également souffert de la faiblesse de certains secteurs, comme l’énergie, l’industrie ou la finance, qui ont subi la baisse des prix du pétrole, le ralentissement de la croissance mondiale ou la concurrence des fintechs .
  • Le NASDAQ Composite, l’indice boursier américain qui regroupe plus de 3 000 entreprises innovantes, notamment dans les secteurs de la technologie, de la biotechnologie, de l’internet ou des télécommunications, a affiché une performance contrastée en 2022, avec une hausse de 31,83 %. L’indice a bénéficié de la forte demande pour les produits et services numériques, qui ont profité de la transition vers le télétravail, le e-commerce, le divertissement en ligne ou la santé connectée. L’indice a également profité de la croissance et de la rentabilité de certaines entreprises leaders, comme Amazon, Facebook, Google, Netflix, Tesla ou Zoom. Cependant, l’indice a connu une forte correction au quatrième trimestre, avec une baisse de 27 %, en raison de la hausse des taux d’intérêt, qui réduit la valeur actuelle des flux de trésorerie futurs des entreprises, et de la concurrence accrue, qui limite les marges et les parts de marché .
  • L’Euro Stoxx 50, le principal indice boursier européen, qui regroupe 50 grandes entreprises européennes, appartenant à la zone euro, a réalisé une performance honorable en 2022, avec une hausse de 10,64 %. L’indice a bénéficié du rebond de l’activité économique dans la région, après la récession provoquée par la pandémie de Covid-19. L’indice a également bénéficié du soutien de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), qui a maintenu ses taux directeurs à des niveaux très bas, et de son programme d’achat d’urgence face à la pandémie (PEPP), qui a permis de soutenir les marché obligés, qui a permis de soutenir les marchés obligataires et de réduire les écarts de taux entre les pays membres. L’indice a également profité de la diversification de ses secteurs, qui lui a permis de résister aux chocs externes. Parmi les secteurs les plus performants, on trouve la pharmacie, le luxe, l’énergie ou les services aux collectivitésCependant, l’indice a connu des difficultés au cours de l’année, notamment à cause de la propagation du variant Omicron du Covid-19, qui a entraîné de nouvelles restrictions sanitaires dans plusieurs pays européens, et de la montée des tensions politiques, avec les élections en Allemagne, en France ou en Italie, qui ont créé de l’incertitude sur la stabilité et l’orientation des gouvernements

    Utilisation des indices boursiers dans l’analyse de marché

    Dans cette section, je vais te présenter comment utiliser les indices boursiers dans l’analyse de marché, c’est-à-dire comment interpréter les informations qu’ils fournissent et comment les exploiter pour prendre des décisions d’investissement. Je vais te parler de deux types d’analyse : l’analyse technique et l’analyse fondamentale.

    L’analyse technique des indices

    L’analyse technique est une méthode d’analyse qui se base sur l’étude des graphiques des prix et des volumes des indices boursiers. Elle utilise des outils tels que les figures chartistes, les chandeliers japonais, les indicateurs techniques et les représentations graphiques. L’objectif de l’analyse technique est de déterminer la tendance, la force, la direction et les points de retournement des indices boursiers, ainsi que d’identifier des opportunités d’achat ou de vente. L’analyse technique repose sur le principe que les prix reflètent toute l’information disponible sur le marché, et que les mouvements passés se répètent dans le futur. L’analyse technique s’applique à tous les horizons de temps, du court terme au long terme, et à tous les types d’indices boursiers, qu’ils soient nationaux, régionaux ou sectoriels. Pour en savoir plus sur l’analyse technique, tu peux consulter [ce guide] .

    L’analyse fondamentale des indices

    L’analyse fondamentale est une méthode d’analyse qui se base sur l’étude des données économiques et financières des pays ou des zones économiques dont les indices boursiers sont représentatifs. Elle utilise des indicateurs tels que le produit intérieur brut (PIB), l’inflation, le taux de chômage, la balance commerciale, le déficit budgétaire, la politique monétaire, la politique fiscale, la croissance, la compétitivité, la confiance des consommateurs, etc. L’objectif de l’analyse fondamentale est d’évaluer la santé économique et la performance financière des pays ou des zones économiques, ainsi que leurs perspectives d’avenir. L’analyse fondamentale permet de comparer les indices boursiers entre eux, et de déterminer s’ils sont surévalués ou sous-évalués par rapport à leur valeur intrinsèque. L’analyse fondamentale s’applique plutôt au moyen et au long terme, et à tous les types d’indices boursiers, qu’ils soient nationaux, régionaux ou sectoriels.

    Lorsque nous explorons les indices boursiers en bourse, il est crucial de considérer leur rôle dans le cadre plus large des indices boursiers internationaux. Ces indices internationaux, qui englobent des marchés variés à travers le monde, offrent une perspective globale et permettent de comparer la performance des marchés nationaux et régionaux. Cette compréhension approfondie est indispensable pour les investisseurs cherchant à évaluer les opportunités et les risques dans un contexte économique mondialisé

  •  

    Les indices boursiers et les produits dérivés

    Dans cette section, je vais te présenter deux types de produits dérivés qui sont liés aux indices boursiers : les contrats à terme (futures) sur indices et les ETF (Exchange Traded Funds) basés sur des indices. Ces produits dérivés sont des instruments financiers qui permettent aux investisseurs de spéculer sur l’évolution des indices boursiers, sans avoir à détenir les actions qui les composent. Ils présentent des avantages et des inconvénients, que je vais t’expliquer.

    Les contrats à terme (futures) sur indices

    Les contrats à terme sur indices, également appelés futures, sont des contrats standardisés qui obligent les parties à acheter ou à vendre la valeur d’un indice boursier à une date future et à un prix fixé à l’avance. Par exemple, un contrat à terme sur le CAC 40 stipule que l’acheteur s’engage à payer le prix convenu pour recevoir la valeur du CAC 40 à l’échéance du contrat, tandis que le vendeur s’engage à livrer cette valeur en échange du paiement. Les contrats à terme sur indices sont négociés sur des marchés organisés, comme Euronext ou CME, et sont soumis à des règles de marge et de liquidation quotidienne. Les contrats à terme sur indices présentent les caractéristiques suivantes :

    • Ils permettent de spéculer sur la hausse ou la baisse d’un indice boursier, en prenant une position longue (achat) ou courte (vente).
    • Ils offrent un effet de levier, car ils nécessitent un dépôt de garantie (marge) inférieur à la valeur du contrat. Cela permet de multiplier les gains potentiels, mais aussi les pertes.
    • Ils sont soumis à un risque de liquidité, car il faut trouver un contrepartie pour clôturer sa position avant l’échéance du contrat, ou bien accepter de recevoir ou de livrer la valeur de l’indice.
    • Ils sont soumis à un risque de base, car il peut y avoir un écart entre le prix du contrat à terme et le prix de l’indice au comptant (spot). Cet écart dépend du taux d’intérêt, du dividende et de la durée du contrat.

    Les ETF (Exchange Traded Funds) basés sur des indices

    Les ETF (Exchange Traded Funds) basés sur des indices, également appelés trackers, sont des fonds d’investissement qui répliquent la performance d’un indice boursier spécifique. Ils sont composés d’un panier d’actions qui reflète la pondération des actions dans l’indice. Ils sont cotés en bourse et peuvent être achetés ou vendus comme des actions. Les ETF basés sur des indices présentent les caractéristiques suivantes :

    • Ils permettent de diversifier son portefeuille, en accédant à un large éventail d’actions, de secteurs ou de régions, avec un seul produit.
    • Ils offrent une faible commission, car ils ont une gestion passive, qui consiste à suivre l’indice sans intervenir sur le marché. Ils ont donc des frais de gestion réduits, généralement inférieurs à 1 % par an.
    • Ils sont soumis à un risque de suivi, car ils peuvent avoir un écart entre leur performance et celle de l’indice. Cet écart dépend de la qualité de la réplication, de la liquidité des actions, des frais de transaction ou des dividendes.
    • Ils sont soumis à un risque de contrepartie, car ils peuvent avoir recours à des instruments dérivés, comme des swaps, pour répliquer l’indice. Ces instruments impliquent un risque de défaut de la part de l’émetteur ou du fournisseur du swap.

    Comment investir dans les indices boursiers ?

    Les indices boursiers sont des indicateurs qui mesurent la performance d’un ensemble d’actions sur un marché ou un secteur donné. Ils sont utilisés par les investisseurs pour suivre l’évolution des marchés financiers, comparer les performances des différents actifs, diversifier leur portefeuille ou spéculer sur les fluctuations des prix. Il existe plusieurs façons d’investir dans les indices boursiers, selon le profil, les objectifs et les préférences de chaque investisseur. Dans cette section, je vais te présenter deux méthodes principales : via des fonds indiciels et des ETF, ou via des CFD.

    Via des fonds indiciels et des ETF

    Les fonds indiciels et les ETF (Exchange Traded Funds) sont des produits financiers qui répliquent la performance d’un indice boursier spécifique. Ils sont composés d’un panier d’actions qui reflète la pondération des actions dans l’indice. Ils sont cotés en bourse et peuvent être achetés ou vendus comme des actions. Les fonds indiciels et les ETF présentent les avantages suivants :

    • Ils permettent de diversifier son portefeuille, en accédant à un large éventail d’actions, de secteurs ou de régions, avec un seul produit.
    • Ils offrent une faible commission, car ils ont une gestion passive, qui consiste à suivre l’indice sans intervenir sur le marché. Ils ont donc des frais de gestion réduits, généralement inférieurs à 1 % par an.
    • Ils sont soumis à un risque de suivi, car ils peuvent avoir un écart entre leur performance et celle de l’indice. Cet écart dépend de la qualité de la réplication, de la liquidité des actions, des frais de transaction ou des dividendes.
    • Ils sont soumis à un risque de contrepartie, car ils peuvent avoir recours à des instruments dérivés, comme des swaps, pour répliquer l’indice. Ces instruments impliquent un risque de défaut de la part de l’émetteur ou du fournisseur du swap.

    Pour investir dans les fonds indiciels et les ETF, il faut disposer d’un compte-titres ou d’un plan d’épargne en actions (PEA), qui sont des enveloppes fiscales permettant de détenir des valeurs mobilières. Il faut ensuite choisir le ou les fonds indiciels ou ETF qui correspondent à ses objectifs, en fonction de l’indice, du secteur, de la région, de la devise ou du mode de distribution (capitalisation ou distribution) qu’ils représentent. Il faut ensuite passer un ordre d’achat ou de vente sur le marché, en indiquant le nombre de parts, le prix et la validité de l’ordre. Il faut enfin payer les frais liés à la transaction, qui comprennent le courtage, le droit de garde, le droit de timbre et les taxes éventuelles. Pour en savoir plus sur les fonds indiciels et les ETF, tu peux consulter [ce guide] .

    Les CFD comme alternatif pour les investisseurs

    Les CFD (Contract For Difference) sont des produits financiers dérivés qui permettent de spéculer sur la hausse ou la baisse d’un indice boursier, sans avoir à détenir les actions qui le composent. Ils sont basés sur un contrat entre deux parties, qui s’engagent à échanger la différence entre le prix d’ouverture et le prix de fermeture du contrat. Les CFD présentent les caractéristiques suivantes :

    • Ils permettent de spéculer sur la hausse ou la baisse d’un indice boursier, en prenant une position longue (achat) ou courte (vente).
    • Ils offrent un effet de levier, car ils nécessitent un dépôt de garantie (marge) inférieur à la valeur du contrat. Cela permet de multiplier les gains potentiels, mais aussi les pertes.
    • Ils sont soumis à un risque de liquidité, car il faut trouver un contrepartie pour clôturer sa position avant l’échéance du contrat, ou bien accepter de recevoir ou de livrer la valeur de l’indice.
    • Ils sont soumis à un risque de base, car il peut y avoir un écart entre le prix du contrat à terme et le prix de l’indice au comptant (spot). Cet écart dépend du taux d’intérêt, du dividende et de la durée du contrat.

    Pour investir dans les CFD, il faut disposer d’un compte de trading chez un courtier en ligne, qui propose ce type de produit. Il faut ensuite choisir l’indice boursier sur lequel on souhaite spéculer, en fonction de sa volatilité, de sa liquidité et de sa tendance. Il faut ensuite passer un ordre d’achat ou de vente, en indiquant le montant, le prix, le levier et le stop loss. Il faut enfin payer les frais liés à la transaction, qui comprennent le spread, le financement overnight, les commissions et les taxes éventuelles. Pour en savoir plus sur les CFD, tu peux consulter [ce guide] .

    Les indices boursiers et la gestion de portefeuille

    Les indices boursiers sont des outils utiles pour la gestion de portefeuille, c’est-à-dire l’art de sélectionner, d’organiser et de suivre ses investissements en bourse. Ils permettent aux investisseurs de mesurer la performance de leur portefeuille, de le comparer à des références, de le diversifier et de l’adapter en fonction de leurs objectifs et de leur profil de risque. Dans cette section, je vais te présenter deux aspects importants de la gestion de portefeuille liés aux indices boursiers : l’indicateur de performance et la diversification.

    L’indicateur de performance d’un portefeuille d’actions

    L’indicateur de performance d’un portefeuille d’actions est une mesure qui permet d’évaluer le rendement obtenu par un investisseur sur ses placements en actions. Il existe plusieurs façons de calculer cet indicateur, selon les données disponibles et les préférences de l’investisseur. Voici deux méthodes courantes :

    • La méthode de la valeur de la part : elle consiste à calculer la valeur de la part du portefeuille à chaque date, en divisant la valeur totale du portefeuille par le nombre de parts détenues. La performance du portefeuille est alors égale au taux de variation de la valeur de la part entre deux dates. Par exemple, si la valeur de la part du portefeuille passe de 100 euros à 120 euros en un an, la performance du portefeuille est de 20 % sur cette période.
    • La méthode du taux de rentabilité interne (TRI) : elle consiste à calculer le taux d’intérêt annuel qui rend égal la valeur initiale du portefeuille et la valeur actuelle des flux entrants et sortants du portefeuille. La performance du portefeuille est alors égale au TRI. Par exemple, si un investisseur a investi 10 000 euros dans un portefeuille, qu’il a reçu 500 euros de dividendes et qu’il a vendu son portefeuille 12 000 euros au bout d’un an, le TRI du portefeuille est de 25 % sur cette période.

    Pour mesurer la performance d’un portefeuille d’actions, il est utile de la comparer à celle d’un indice boursier de référence, qui représente le marché ou le secteur auquel appartient le portefeuille. Cela permet de savoir si l’investisseur a fait mieux ou moins bien que le marché, et de mesurer son degré de surperformance ou de sous-performance. Pour comparer la performance du portefeuille à celle de l’indice, il existe plusieurs indicateurs, tels que le ratio de Sharpe, le ratio de Treynor ou l’alpha de Jensen .

    La diversification grâce aux indices

    La diversification est une stratégie qui consiste à répartir son capital sur plusieurs actifs différents, afin de réduire le risque global du portefeuille. En effet, en diversifiant son portefeuille, l’investisseur diminue son exposition à un actif en particulier, et se protège contre les aléas du marché. La diversification permet également de profiter de plusieurs opportunités de rendement, en se positionnant sur différents facteurs d’appréciation des cours. Les indices boursiers sont des instruments qui facilitent la diversification du portefeuille, car ils offrent les avantages suivants :

    • Ils permettent d’accéder à un large éventail d’actions, de secteurs ou de régions, avec un seul produit. Par exemple, en investissant dans un ETF qui réplique l’indice MSCI World, l’investisseur se diversifie sur plus de 1 600 actions de 23 pays développés .
    • Ils permettent de réduire le risque spécifique, c’est-à-dire le risque lié à une action en particulier. En effet, les indices boursiers neutralisent en grande partie ce risque, car ils sont constitués de plusieurs titres ou produits financiers, dont les variations se compensent. Ainsi, les indices boursiers sont moins volatils que les actions individuelles.
    • Ils permettent de bénéficier d’une faible commission, car ils ont une gestion passive, qui consiste à suivre l’indice sans intervenir sur le marché. Ils ont donc des frais de gestion réduits, généralement inférieurs à 1 % par an. De plus, ils sont faciles à acheter ou à vendre, car ils sont cotés en bourse et ont une bonne liquidité.

    Pour diversifier son portefeuille grâce aux indices boursiers, il faut choisir des indices qui correspondent à ses objectifs, à son profil de risque et à son horizon de placement. Il faut également veiller à ne pas surdiversifier son portefeuille, c’est-à-dire à ne pas multiplier les indices qui ont des caractéristiques similaires ou qui sont fortement corrélés. En effet, la surdiversification peut réduire le potentiel de rendement du portefeuille, sans pour autant diminuer le risque .

    Les défis des indices boursiers

    Les indices boursiers sont des outils utiles pour mesurer la performance des marchés financiers, mais ils présentent aussi des défis et des limites. Dans cette section, je vais te parler de deux aspects qui posent problème aux indices boursiers : leur pertinence en tant qu’indicateur économique et leur impact des ajustements et modifications qu’ils subissent.

    Les limites des indices en tant qu’indicateur économique

    Les indices boursiers sont souvent utilisés comme des indicateurs de la santé économique d’un pays ou d’une région, mais ils ne reflètent pas toujours la réalité. En effet, les indices boursiers sont influencés par de nombreux facteurs, qui peuvent créer un décalage entre la performance des marchés financiers et la situation économique réelle. Parmi ces facteurs, on peut citer les suivants :

    • La composition des indices : les indices boursiers ne représentent qu’une partie des entreprises d’un pays ou d’une région, généralement les plus grandes ou les plus liquides. Ils ne tiennent pas compte des petites et moyennes entreprises, qui peuvent être plus dynamiques ou plus innovantes, ni du secteur informel, qui peut être important dans certains pays. De plus, les indices boursiers sont souvent biaisés vers certains secteurs d’activité, qui peuvent être plus ou moins sensibles aux cycles économiques. Par exemple, le CAC 40 est composé à plus de 30 % de valeurs financières, qui sont très volatiles et dépendantes des taux d’intérêt .
    • La spéculation : les indices boursiers sont soumis aux anticipations, aux émotions et aux comportements irrationnels des investisseurs, qui peuvent provoquer des bulles ou des krachs, sans lien avec les fondamentaux économiques. Par exemple, la crise des subprimes de 2008 a entraîné une chute brutale des indices boursiers mondiaux, alors que la croissance économique n’était pas encore affectée. À l’inverse, la crise sanitaire du Covid-19 a provoqué une forte récession économique en 2020, mais les indices boursiers ont rapidement rebondi, portés par les mesures de soutien des banques centrales et des gouvernements .
    • L’internationalisation : les indices boursiers sont de plus en plus exposés à l’économie mondiale, du fait de la globalisation des échanges, des flux financiers et des chaînes de valeur. Ainsi, la performance des indices boursiers dépend non seulement de la situation économique locale, mais aussi de celle des autres pays ou régions, qui peuvent être des partenaires commerciaux, des concurrents ou des sources de risque. Par exemple, le DAX 30, l’indice boursier allemand, est fortement influencé par la demande chinoise, car l’Allemagne exporte beaucoup de biens industriels vers la Chine .

    L’impact des ajustements et modifications des indices

    Les indices boursiers ne sont pas figés, mais sont régulièrement ajustés et modifiés, selon des règles définies par leurs créateurs. Ces ajustements et modifications visent à maintenir la représentativité, la cohérence et la qualité des indices, mais ils peuvent aussi avoir un impact sur leur performance et leur comportement. Parmi ces ajustements et modifications, on peut distinguer les suivants :

    • Les changements de composition : les indices boursiers changent périodiquement la liste des titres qui les composent, en fonction de critères tels que la capitalisation boursière, le flottant, la liquidité, la performance ou la diversité sectorielle. Ces changements de composition entraînent des effets de seuil, qui peuvent créer des opportunités ou des risques pour les investisseurs. En effet, l’entrée ou la sortie d’un titre dans un indice boursier peut modifier sa demande, son offre, son prix et sa volatilité, en fonction de l’importance et de la popularité de l’indice. Par exemple, l’entrée de Tesla dans le S&P 500 en décembre 2020 a provoqué une forte hausse de son cours, car les fonds indiciels et les ETF qui répliquent l’indice ont dû acheter massivement l’action .
    • Les révisions des pondérations : les indices boursiers révisent régulièrement les pondérations des titres qui les composent, en fonction de l’évolution de leur capitalisation boursière, de leur flottant, de leur liquidité ou de leur plafonnement. Ces révisions des pondérations visent à maintenir l’équilibre et la pertinence de l’indice, mais elles peuvent aussi avoir un impact sur sa performance et sa sensibilité. En effet, les révisions des pondérations modifient l’exposition de l’indice aux différents titres, secteurs ou facteurs de risque, ce qui peut affecter son rendement et sa volatilité. Par exemple, la révision des pondérations du CAC 40 en septembre 2020 a augmenté le poids des valeurs technologiques, comme Dassault Systèmes ou STMicroelectronics, au détriment des valeurs financières, comme BNP Paribas ou Société Générale .
    • Les dividendes et les opérations sur titres : les indices boursiers tiennent compte des dividendes et des opérations sur titres (splits, regroupements, augmentations de capital, etc.) qui affectent les titres qui les composent, en ajustant leur valeur ou leur nombre. Ces dividendes et opérations sur titres visent à refléter la réalité économique et financière des entreprises, mais ils peuvent aussi avoir un impact sur la performance et la comparabilité des indices. En effet, les dividendes et les opérations sur titres modifient le rendement, le prix et la liquidité des titres, ce qui peut influencer le comportement des investisseurs. Par exemple, le split de l’action Apple en août 2020, qui a divisé son prix par quatre, a attiré de nouveaux acheteurs, qui ont fait monter le cours et la capitalisation de l’entreprise .

    Conclusion

    Dans cet article, je t’ai présenté ce que sont les indices boursiers, comment ils sont calculés, à quoi ils servent et quels sont leurs défis. Voici un récapitulatif de ce que tu as appris :

    Récapitulatif de l’utilité des indices boursiers

    • Les indices boursiers sont des indicateurs qui mesurent la performance d’un ensemble d’actions sur un marché ou un secteur donné. Ils sont utilisés par les investisseurs pour suivre l’évolution des marchés financiers, comparer les performances des différents actifs, diversifier leur portefeuille ou spéculer sur les fluctuations des prix.
    • Les indices boursiers sont calculés à partir de la valeur ou du prix des actions qui les composent, pondérés par leur capitalisation boursière, leur flottant, leur liquidité ou leur plafonnement. Ils sont régulièrement ajustés et modifiés pour maintenir leur représentativité, leur cohérence et leur qualité.
    • Les indices boursiers sont disponibles pour tous les types de marchés, de secteurs ou de régions, et peuvent être répliqués par des produits financiers tels que les fonds indiciels, les ETF ou les CFD. Ils servent de référence pour mesurer la performance d’un portefeuille d’actions, de le comparer à celle du marché ou de l’adapter en fonction des objectifs et du profil de risque de l’investisseur.

    Perspectives futures pour les indices boursiers

    Les perspectives futures pour les indices boursiers dépendent de nombreux facteurs, qui peuvent créer des opportunités ou des risques pour les investisseurs. Parmi ces facteurs, on peut citer les suivants :

    • L’inflation : l’inflation est un phénomène qui se traduit par une hausse généralisée et durable des prix. Elle peut avoir un impact positif ou négatif sur les indices boursiers, selon son origine, son ampleur et sa durée. Une inflation modérée peut stimuler la croissance économique, la demande et les bénéfices des entreprises, ce qui soutient les cours des actions. Une inflation trop forte ou trop volatile peut au contraire peser sur le pouvoir d’achat, la compétitivité et la rentabilité des entreprises, ce qui pénalise les cours des actions. L’inflation peut aussi influencer la politique monétaire des banques centrales, qui peuvent décider de relever ou de baisser les taux d’intérêt pour contrôler le niveau des prix. Les taux d’intérêt ont un effet direct sur la valorisation des actions, car ils déterminent le coût du financement, le rendement des obligations et le taux d’actualisation des flux futurs.
    • La croissance : la croissance est un phénomène qui se traduit par une augmentation de la production et du revenu d’un pays ou d’une région. Elle peut avoir un impact positif ou négatif sur les indices boursiers, selon sa source, sa qualité et sa répartition. Une croissance forte et durable peut favoriser la création d’emplois, l’innovation et la confiance des agents économiques, ce qui stimule les investissements, la consommation et les profits des entreprises, ce qui soutient les cours des actions. Une croissance faible ou négative peut au contraire entraîner du chômage, de la dette et de la défiance des agents économiques, ce qui freine les investissements, la consommation et les profits des entreprises, ce qui pénalise les cours des actions. La croissance peut aussi dépendre de facteurs externes, tels que la situation sanitaire, géopolitique ou environnementale, qui peuvent créer des opportunités ou des risques pour les marchés.
    • La diversification : la diversification est une stratégie qui consiste à répartir son capital sur plusieurs actifs différents, afin de réduire le risque global du portefeuille. Elle peut avoir un impact positif ou négatif sur les indices boursiers, selon le degré de corrélation entre les actifs, les secteurs ou les régions. Une diversification optimale peut permettre de profiter de plusieurs sources de rendement, de se protéger contre les aléas du marché et de réduire la volatilité du portefeuille, ce qui améliore le ratio risque/rendement. Une diversification excessive ou insuffisante peut au contraire réduire le potentiel de rendement, augmenter l’exposition à un actif, un secteur ou une région particulier et accroître la volatilité du portefeuille, ce qui détériore le ratio risque/rendement.

    En conclusion, les indices boursiers sont des outils utiles pour les investisseurs, mais ils présentent aussi des défis et des limites. Il est donc important de les comprendre, de les analyser et de les utiliser avec prudence et discernement. Pour en savoir plus sur les indices boursiers, tu peux consulter les guides suivants : .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici